En panne sur la mobilité, Marvell fait le ménage dans ses effectifs

ComposantsMobilitéPoste de travailSmartphonesTablettes
3 17 Donnez votre avis

Les choses vont de mal en pis pour le concepteur de puces ARM Marvell, qui se voit contraint de réduire sa voilure, en particulier sur la mobilité.

La branche mobile de Marvell va mal. Le concepteur de puces ARM a du mal à se faire une place dans les smartphones des constructeurs. Cette unité n’a ainsi réalisé que 122 millions de dollars de chiffre d’affaires sur le premier semestre de l’exercice 2015-2016 (sur un CA total attendu de 1,4 milliard de dollars), pour une marge brute de 13 millions de dollars.

C’est trop peu au vu des efforts consentis. La société a donc décidé de faire des coupes dans ses effectifs. 17 % des employés de la société seront mis à la porte. Soit un peu plus de 1200 personnes sur les 7160 employés que compte le groupe.

La société espère ainsi économiser de 170 à 220 millions de dollars par an. Il lui faudra toutefois attendra pour voir les effets de cette restructuration sur ses résultats. En effet, Marvell devra compter avec les frais engendrés par cette opération : de 100 à 130 millions de dollars sur le second semestre de son exercice fiscal.

Un constructeur historique du monde ARM

Marvell reste peu connu. Il est pourtant le propriétaire de la technologie qui a fait exploser le marché des puces ARM. Marvell a en effet mis la main en 2006 sur les puces XScale d’Intel, dont la particularité était de proposer une implémentation maison de la technologie ARM (et non l’utilisation de cœurs fournis par ARM).

Rappelons que les XScale avaient été proposés par Intel dans la continuité du StrongARM, lancé par DEC en 1996… avant que la société ne soit rachetée par Intel. Ce dernier popularisera les StrongARM et XScale en les imposant dans une nouvelle génération d’organiseurs de poche (traduction : des smartphones non connectés), fonctionnant essentiellement sous des versions mobiles de Windows.

À lire aussi :
3,4 milliards de puces ARM vendues sur Q2 2015
NanoPi, un carte ARM pour l’embarqué à 16 dollars
Hardkernel livre une carte mère ARM 8 cœurs à 79 dollars

Crédit photo : © Lightspring – Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur