Partage de fichiers : Pydio taille sa v7 pour les « ayatollahs de la confidentialité »

CloudCollaborationData & StockageDSILogicielsProjetsSécuritéStockage
1 6 Donnez votre avis

Pydio place la v7 de sa solution de partage de fichiers en concurrent direct des offres Saas. Mais joue la carte de la confidentialité absolue des données.

Pydio vient d’annoncer la mise à disposition de la version 7 de sa solution de partage de fichiers… sur site. Une offre qui détonne dans le paysage du Cloud où les Dropbox, Google Drive, Microsoft OneDrive et autres Box jouent la carte du SaaS (Software-as-a-Service) pour simplifier l’échange de documents et leurs synchronisations avec le poste de travail local. « Passé un certain nombre d’utilisateurs, une solution sur site s’avère moins onéreuse qu’une offre en ligne, argumente David Gillard, le directeur général de la start-up française créée en 2012. Et nous nous adressons aux ayatollahs de la confidentialité. » Autrement dit, les entreprises qui ne souhaitent pas voir leurs données transiter sur des Cloud publics, aussi sécurisés et conformes aux exigences de souveraineté des données soient-ils. Que ce soit du côté des grandes entreprises que de structures plus petites, comme les cabinets d’avocats par exemple.

Il n’en reste pas moins que la tendance est au Cloud public qui apparaît comme le premier concurrent des solutions de partage de fichiers sur site. La start-up française, aujourd’hui animée par une dizaine de personnes, entend bien s’en distinguer en introduisant de nouvelles fonctionnalités pour « proposer une alternative à Dropbox digne de ce nom », commente Charles Du Jeu, président fondateur de Pydio et directeur technique. Ce qui revient à « proposer une interface moderne tout en fournissant un système d’administration performant et le contrôle des données ».

Modification des fichiers dans le navigateur

Côté administrateur, un gros travail d’optimisation du serveur (complètement réécrit en PHP, ce qui facilite sa portabilité sur les différents OS) a été fait. « On gagne en performances et en flexibilité de code afin d’ajouter des fonctionnalités plus rapidement », assure le directeur technique. Ce qui se traduit notamment par l’arrivée de Pydio Booster, un outil d’aide à l’installation afin d’optimiser les performances réseau, sur site ou dans un Cloud privé. Cette extension serveur a été écrite en Go, le langage de Google. Une fonction de planification des tâches est également proposée dans un environnement en mode « workspace » qui permet une gestion très granulaire des droits des utilisateurs. Et un nouveau connecteur OneDrive vient s’ajouter à celui proposé pour Dropbox. Une solution adéquate pour le travail en mode hybride.

Les innovations sont plus visibles du côté de l’interface utilisateur. D’abord, avec la possibilité de modifier directement les documents dans la fenêtre du navigateur sans avoir à les rapatrier localement. Pour cela, le développeur a passé un partenariat avec Collabora Productivity, la branche commerciale de Libre Office. « Le client installe le plug-in Collabora Online dans son navigateur et obtient l’équivalent d’un Google Docs », résume David Gellard.

Partage vers l’extérieur

Autre nouveauté de taille, File Gateway. Il s’agit d’une fonctionnalité qui permet d’échanger des fichiers avec des utilisateurs externes au réseau de l’entreprise sans risquer d’exposer ses infrastructures. Comment ? Pydio s’appuie sur un proxy hébergé qui génère un lien pour assurer la liaison entre le fichier interne et l’utilisateur extérieur, afin que ce dernier ne puisse pas avoir accès à l’infrastructure de l’entreprise. Une configuration Saas au service du partage de fichiers sur site en quelque sorte. Signalons également la mise à disposition d’un scheduler (un ordonnanceur) qui automatise l’archivage des fichiers au regard du cycle de vie d’un projet. L’ensemble est complété par de nouvelles versions pour les applications mobiles, Android et iOS. L’app Android propose la synchronisation offline entre les terminaux mobiles et la plate-forme de Google (cette fonction sera aussi prochainement disponible sur iOS).

Au-delà de ces innovations, « la solution Pidyo vient se positionner par-dessus l’existant », rappelle Charles Du Jeu. Ce qui évite à l’entreprise d’investir dans de nouvelles infrastructures pour déployer la solution de gestion des fichiers. Fort de l’ensemble de ces atouts, Pydio espère gagner en visibilité. Si le modèle Open Source a conduit à plus d’un million de téléchargements du logiciel, l’entreprise revendique près de 200 entreprises clientes aujourd’hui (dont quelques grands noms du secteur de l’automobile ou de la téléphonie que Pydio explique ne pouvoir citer). « Nous réalisons plus de 70% de notre chiffre d’affaires à l’international et souhaitons que la sortie de cette v7 conforte cette tendance, commente David Gillard. Les nouvelles fonctionnalités de cette version nous permettent de rivaliser avec les principaux leaders mondiaux ». Notamment en insistant sur les critères de sécurité avancés qu’amène l’offre sur site. Et si le dirigeant reconnaît « la concurrence du Saas », il assure que sa société « reste bien positionné sur le Paas ». Avec des solutions taillées pour les hébergeurs. Une voie de développement supplémentaire pour Pydio.


Lire également

Cozy Cloud évince son cofondateur Franck Rousseau
OwnCloud maintient sa conférence, malgré la tempête Nextcloud
Start-up : Pydio, le partage de fichiers qui surfe sur la peur de Prism


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur