A la fois PC et tablette durcis : Panasonic adapte la mode du détachable

MobilitéPCPoste de travailTablettes

A l’occasion des 20 ans de sa gamme Toughbook, Panasonic lance deux nouveaux portables durcis : des modèles adaptés aux usages professionnels exigeants, en extérieur ou en intérieur.

Pour son vingtième anniversaire, la gamme Toughbook, les notebooks renforcées du Japonais Panasonic, s’enrichit de deux nouveaux modèles, qui tentent d’offrir aux utilisateurs sur le terrain, le meilleur de l’ordinateur portable et de la tablette.

Héritier du CF-25 de 1996, le CF-33 est un vrai terminal durci adapté aux usages en extérieurs. Ce convertible masque une tablette 12 pouces qui vient se plugger sur un socle recevant un clavier et proposant une base d’extension par exemple pour un lecteur NFC, de cartes à puces ou un module de reconnaissance d’empreintes digitales. Avec un poids total de 2,8 kg, la machine est livrée avec un stylet à reconnaissance de pression et peut s’adapter à différents usages (bureau, mode présentation, mode convertible, tablette seul, dans un véhicule via un adaptateur…). Dotée d’un Core i5, de 8 Go Ram et de 256 Go de SSD, le CF-33 est conforme à la norme IP65, qui qualifie le degré d’étanchéité d’un appareil à la poussière et à l’eau, et reçoit deux batteries, permettant d’effectuer des remplacements à chaud. Panasonic offre également, en option, des batteries hautes capacités. Pensé pour les techniciens de maintenance, les forces d’intervention, le CF-33, qui offre un écran de 12 pouces, se monnaye au prix fort (plus de 3 500 euros pièce, environ 3 000 euros pour la tablette seule).

Pour des usages moins exigeants, en intérieur, le Japonais propose une déclinaison semi-durcie, le FZ-Q2 (photo ci-dessus). « C’est aussi un concept détachable, mais proposé à seulement la moitié du tarif du CF-33 », résume Shiva Kuppusamy, responsable du marketing produit en Europe de la division solutions informatiques de Panasonic. Là encore, le notebook peut se muer en tablette de 12,5 pouces.

La croissance dans le renouvellement des PDA

CF-33
Le CF-33.

« Ces deux tablettes 12 pouces, qui sont entrées en production en ce mois de mars, viennent combler un trou dans notre gamme. Nous avions certes au portefeuille une tablette 13 pouces mais celle-ci est cantonnée aux usages de diagnostic automobile », explique Laurent Riou, le directeur des ventes de Panasonic en Europe. Les CF-33 ou FZ-Q2, qui peuvent aussi être vendus sous forme de tablettes seules, viennent s’insérer dans une gamme de terminaux mobiles durcis (appelée ToughPad) qui allait de 4,7 à 10,1 pouces (et auquel se greffe également une tablette de 20 pouces). Pour Panasonic, une façon d’occuper tous les terrains sur un marché des terminaux durcis qu’il contrôle à 60 % en Europe. La domination est similaire dans l’Hexagone. « En France, cela représente un peu plus de 20 000 pièces par an, détaille Laurent Riou. Les poches de croissance se situant sur les marchés de renouvellement des PDA. » Avec, parmi les secteurs les plus demandeurs, les utilities (services publics des villes) et la Défense, suivis par les techniciens de maintenance ou l’aéronautique.

In fine, ce sont les terminaux ou notebooks standards qui apparaissent comme le principal concurrent des gammes ToughBook et ToughPad. En France, quand la gendarmerie et la police ont décidé récemment d’équiper toutes leurs unités (soit entre 60 000 et 90 000 terminaux déployés en 2017), elles se sont tournées vers des smartphones et tablettes du commerce, signés Samsung et Sony.

A lire aussi :

Une tablette durcie extrême chez Panasonic

Panasonic mise sur des tablettes de poche durcies Windows / Android


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur