Pierre-Marie Lehuchet, Berger Levrault : « 3 facteurs qui freinent le logiciel français »

Editeurs de logicielsProjets
1 0 1 commentaire

Lors du CXP Forum 2015, Pierre-Marie Lehuchet, président de Berger Levrault, évoque trois facteurs qui peuvent expliquer la faible portée des logiciels français à l’étranger : le manque de mutualisation des projets, la forte présence des SSII mais aussi la culture même des entrepreneurs français.

Le président de Berger Levrault, éditeur spécialiste des collectivités locales et de la santé, livre son point de vue sur les handicaps qui freinent le logiciel français. D’abord, pour Pierre-Marie Lehuchet, la culture de la mutualisation, au centre même de la notion d’édition de logiciels, n’est pas totalement entrée dans les mœurs dans notre pays : « on en reste un peu à une culture d’individualisation ». Un penchant qui aboutit à du code sur mesure… et qui pourrait expliquer le succès des services informatiques dans notre pays (avec, cette fois, de nombreux poids lourds d’origine hexagonale). « Des entreprises qui occupent très bien le terrain », note le dirigeant de Berger Levrault.

Enfin, pour Pierre-Marie Lehuchet, le développement en France reste avant tout tourné vers les premiers utilisateurs, ceux situés dans le premier cercle de l’entreprise, là où les sociétés américaines ont tendance à raisonner global d’entrée.

A lire aussi :

Logiciel : le top 100 des éditeurs français a besoin de plus de cash
Logiciel : la transition vers le SaaS stimule la croissance


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur