Presque 5 millions de foyers en très haut débit en France

4GM2MMobilitéOperateursRégulationsRéseauxSurveillance
1 5 Donnez votre avis

Près de deux tiers des foyers bénéficiant du très haut débit profitent d’une connexion à plus de 100 Mbit/s en France. Encore trop peu ?

Tout progresse, ou presque, sauf le revenu global des opérateurs. Il s’est élevé à 8,8 milliards d’euros (dont 8 milliards pour les seuls services de communication) au deuxième trimestre 2016, rapporte l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) à travers son observatoire des marchés des communications électronique. « La baisse du revenu des opérateurs sur le marché de détail au premier semestre 2016 est la moins élevée de celles enregistrées depuis 2011 », note toutefois le régulateur. Autrement dit, le marché des télécoms tendrait à se stabiliser. Il s’affiche néanmoins toujours en recul, de 1,9% par rapport aux chiffres de la même période de l’année précédente. Présumons que les résultats en retrait de SFR ont pesé sur une bonne partie de ce léger recul général du secteur.

A contrario, les trafics voix, SMS/MMS et data poursuivent leur progression. Le premier repart à la hausse après deux ans de recul. La somme des appels fixes et mobiles cumule 60,8 milliards de minutes sur le trimestre. En progression de 2,8%. Et autant qu’au premier trimestre de l’année. En détail, le trafic mobile (41,6 milliards de minutes, +7,9%) compense largement le repli de 6,5% des communications fixes (19,2 milliards de minutes). Contre toute attente, les envois de SMS repartent en flèche. On en compte plus d’un milliard supplémentaire par rapport à 2015 pour un total de 51,6 milliards. Mais la consommation moyenne mensuelle par utilisateur reste stable depuis 2012, autour de 250 envois.

La 4G génère 80% du trafic mobile

Les messages courts sur GSM sont en effet concurrencés par les messageries instantanées de l’Internet mobile. Dont la consommation de données continue d’exploser, de 79,2% en un an, pour dépasser les 233 000 To de données sur le trimestre (dont 11 800 To sur les SIM exclusivement Internet). Une croissance essentiellement portée par les abonnés à la 4G qui consomment 80% du trafic alors qu’ils ne composent « que » 37% des 72 millions de SIM en France (hors M2M). Soit 26,6 millions de lignes 4G contre 15,6 millions un an auparavant. C’est un peu plus de la moitié des 50 millions de cartes 3G.

La 4G a donc encore du chemin à faire avant de s’imposer, d’autant que la 3G continue elle aussi sa progression (+4,3 millions d’unités en un an). En moyenne, chaque abonné à un forfait 3G ou 4G consomme 1,8 Go de données par mois. La facture moyenne mensuelle pour l’ensemble des clients mobiles (y compris les cartes prépayées) tombe à 16 euros (18,1 euros pour les forfaits), contre 19 euros il y a un an (16,5 pour les forfaits). La guerre des prix, entrainée par les nombreuses promotions de recrutement d’abonnés par les opérateurs, semble donc se poursuivre. Rappelons que le budget moyen dépensé par un utilisateur au troisième trimestre 2011, donc avant l’entrée de Free sur la scène mobile, s’élevait à plus de 25 euros.

arcep-abo-internet-2016t2Le fixe est également porté par le très haut débit (à partir de 30 Mbit/s), dont le nombre de raccordements progresse de 33,4 % à près de 4,8 millions de foyers connectés. Dans les faits, ce sont surtout les 2,9 millions de résidences bénéficiant de la fibre ou du câble Docsis 3.x à plus de 100 Mbit/s qui assurent la progression (+36,4%). La fibre de bout en bout (FTTH) atterrit dans 1,76 million de foyers (+52,4%) quand les terminaisons coaxiales séduisent moins de 1,2 million de résidences (+17,9%). Soit un taux d’inoccupation préoccupant pour SFR (Numericable), qui revendique plus de 8 millions de prises en France. Le câble à moins de 100 Mbit/s et le VDSL2 font d’ailleurs mieux, avec 1,8 million de connexions (+28,8%). Autant de progressions qui se font aux dépens de l’ADSL et des autres technologies haut débit qui reculent de 1,1% pour tomber à 22,5 millions d’abonnements. Un lent déclin dont l’accélération ne pourrait être que saluée. Sauf, qu’en face, la solution de remplacement à l’ADSL ne décolle pas vraiment : la croissance du très haut débit (THD) se stabilise en effet depuis le début de l’année et a même reculé par rapport aux deux derniers trimestres de 2015.

Le M2M reprend des couleurs

Le régulateur constate également que le nombre de cartes SIM couplées à des forfaits fixes dans le cadre des offres box quadruple play des opérateurs s’élève à 18,2 millions. Soit une hausse de plus de 10%, qui montre l’appétence des consommateurs pour ces formules packagées souvent sources d’optimisation tarifaire.

Côté entreprises, les SIM M2M dédiées à la communication des objets reprennent également le chemin de la croissance. Après une chute à 9,7 millions au premier trimestre, le marché en compte 10,3 millions au deuxième. En hausse de 11,5% en un an. Les revenus des services suivent : +12,2% sur l’année, pour un modeste 27 millions d’euros. Ceux de l’Internet des objets (IoT) prendront-il le relais ?


Lire également
Plus de 15 millions de logements éligibles au très haut débit en France
Qualité mobile : pour l’UFC-Que choisir, l’Arcep doit aller plus loin
Fibres et antennes mobiles bientôt couplées avec les réseaux d’énergie et de transport

Crédit Photo : Pathdoc-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur