Le Priv sous Android, smartphone de la dernière chance pour Blackberry ?

MobilitéOS mobilesProjetsSécuritéSmartphones
2 3 Donnez votre avis

Si le Priv, le prochain smartphone de Blackberry sous Android, ne se vend pas, le Canadien pourrait quitter le marché des téléphones.

Blackberry pourrait-il quitter le marché des smartphones ? C’est ce qu’à laissé entendre John Chen invité lors de la conférence Code/Mobile organisée par Re/Code. Une échéance qui pourrait arriver d’ici un an, selon le CEO du constructeur canadien, si les ventes de ses terminaux ne repartent pas à la hausse.

Le Priv dans le courant de l’année

En quels volumes ? En marge de la conférence, John Chen à précisé à nos confrères de The Verge qu’il fallait vendre un minimum de 5 millions d’unités par an pour être rentable. L’entreprise s’en éloigne. Les résultats du deuxième trimestre fiscal 2016 dévoilés le 25 septembre derniers révèlent que 800 000 Blackberry ont été vendus sur la période. Un volume qui n’a cessé de dégringoler de trimestres en trimestres. Il s’élevait à 1,1 million au trimestre précédent.

BB Priv
Blackberry Priv, sous Android

Le Blackberry Priv pourrait donc constituer le smartphone de la dernière chance pour Blackberry. Ce prochain modèle, qui sera lancé « plus tard dans le courant de l’année », a déclaré John Chen sans plus de précision, s’illustrera par le fait qu’il troquera l’environnement maison BlackBerry 10 (BB10) pour Android de Google. Il offrira par ailleurs un clavier physique, coulissant, qui en fera ainsi le seul terminal Android du marché de ce genre. Enfin, l’appareil entend se distinguer en embarquant les technologies de sécurité propre à l’entreprise canadienne et qui ont fait sa réputation. Ce qui, sur ce point, vise à mettre le Priv sur un pied d’égalité avec les terminaux Samsung équipés de son coffre fort Knox.

Marchés de niche pour Blackberry 10

Les terminaux sous BB10 ne disparaitraient pas pour autant. John Chen a indiqué qu’ils étaient prisés des administrations, des gouvernements ou des hôpitaux pour leur sécurité, justement. Autant de secteurs qui ne constituent pas un marché suffisamment rentable alors que ces organisations ne renouvellent pas fréquemment leurs parcs de terminaux. En revanche, Blackberry est intéressé pour leur vendre des services de sécurité et de gestion.

Le Priv constituera donc la bouée de sauvetage du constructeur canadien sur le marché du hardware. John Chen déclare travailler avec les opérateurs télécoms aux Etats-Unis et ailleurs pour accompagner la commercialisation du futur terminal.


Lire également
BlackBerry va réduire la voilure dans la fabrication de smartphones
Un Blackberry sous Android pour novembre ?
Jeep Cherokee piratée : Blackberry dédouane son OS embarqué QNX


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur