Logiciels

Le langage de programmation Ada 2012 fait son entrée

Programmation Ada 2012
4 1 1 commentaire

Ada 2012 tire le meilleur des configurations multicœurs. C’est l’une des avancées apportées par la nouvelle norme. Décryptage.

L’Ada Resource Association et Ada-Europe ont récemment annoncé la publication de la norme Ada 2012 par l’ISO. À cette occasion, un site web dédié a été mis à ligne à l’adresse www.ada2012.org.

Il permet (entre autres) de découvrir les nouveautés de cette mouture d’Ada. Dans le secteur de la programmation par contrat tout d’abord (l’une des spécialités du langage), avec des avancées comme la possibilité de définir les attentes et obligations d’un sous-programme ou encore celle de fixer des contraintes plus précises sur les objets.

L’expressivité du langage est également en progrès avec une nouvelle façon plus ergonomique d’accéder aux fonctions simples (Expression functions), une notation compacte pour les expressions conditionnelles (Conditional expressions) et une méthode générique dédiée aux expressions quantifiées (Conditional expressions).

De bonnes raisons de redécouvrir ce langage de programmation dont la simplicité et l’efficacité sont souvent masquées par la complexité des projets où il est mis en œuvre (applications critiques, systèmes de haute intégrité, etc.).

Une meilleure gestion des ressources processeur

Ada n’est pas seulement un langage intéressant en entreprise. Il peut aussi se montrer particulièrement performant, car de très bas niveau. En témoigne ce benchmark, qui place GNAT en seconde position (derrière le C du GCC, mais devant le C++ du GCC et le Fortran d’Intel).

Ada 2012 monte en gamme dans ce secteur, avec une bien meilleure gestion des configurations multicœurs. Ainsi, la répartition des tâches s’effectuera en tenant compte des caractéristiques de la machine. Ceci permettra par exemple d’éviter de faire tourner deux tâches sur des processeurs séparés, alors même qu’un des processeurs a deux cœurs de disponibles.

L’affectation des tâches pourra même se faire en adressant un CPU ou un cœur précis. Une spécificité qui permettra de maximiser la vitesse d’exécution des applications. La gestion multicœur est un des domaines où Ada progresse le plus avec cette norme 2012.

La plupart des nouveautés d’Ada 2012 sont décrites sur cette page web. Ceux qui veulent essayer cette offre à moindres frais pourront se pencher sur GNAT GPL 2012, lequel propose un compilateur partiellement compatible avec Ada 2012 ainsi qu’un environnement de développement complet.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous les secrets de Java ?

  1. « Adada » le retour ! Dire que j’ai étudié ça il y a 25 ans aux arts et métiers…
    C’était la séquence « les vieux cons parlent aux vieux cons » !
    Au second degré pour la conclusion bien sur