Le projet Fantastic-5G définit la future interface de connexion pour la 5G

Gestion des réseauxMobilitéProjetsRéseaux
4 6 Donnez votre avis

Une quinzaine d’acteurs s’unissent pour développer la future interface de connexion de la 5G avec le soutien de l’Europe

A l’heure où les prérequis de la 5G sont aujourd’hui clairement définis (un réseau ultra rapide, flexible, à faible temps de latence, énergiquement économique et capable de supporter des milliards de connexions) et son calendrier de déploiement relativement fixé tant auprès de l’Union européenne (qui entend bien jouer un rôle technologique majeur) qu’auprès de l’Union Internationale des Télécoms (UIT), les projets de développement des solutions commencent à se dévoiler.

Sous les 6 GHz

C’est le cas de FANTASTIC-5G (Flexible air interface for scalable service delivery within wireless communication networks of the 5th Generation). Le projet vise à définir une nouvelle interface de connexion des terminaux aux systèmes du futur réseau mobile. Dédiée aux communications opérées sous les 6 GHz de fréquences, cette interface multi-services devra être en mesure de répondre à l’augmentation du trafic et à la multiplication des terminaux qui s’appuieront sur le réseau mobile pour échanger leurs données.

Plus en détails, la future interface devra : afficher une flexibilité à toute épreuve pour supporter les différents types de trafics; être suffisamment évolutive pour accueillir la montée en charge du volume de terminaux; versatile pour s’adapter aux caractéristiques des différents protocoles de transmissions de données; économe en énergie et en usage de spectre; et assurer une pérennité facilitant les futures mises à jour logicielles. Bref, une interface taillée pour un réseau amené à assurer une continuité technologique des services dans le temps.

16 acteurs internationaux

Le projet est soutenu à hauteur de 8 millions d’euros par la Commission européenne, soit 10% du budget du programme de recherche Horizon 2020 qui s’étend sur 7 ans entre 2014 et 2020. Fantastic-5G s’y inscrit comme l’un des programmes d’innovation du plan Europe 2020 de l’Union. Équipementiers, opérateurs, fabricants de composants, universités et centres de recherches, européens ou non, pas moins de 16 acteurs* plancheront sur le projet. Ils disposent de deux ans pour développer ce que l’on peut considérer aujourd’hui comme la future interface de la 5G.

« Fantastic-5G est d’une importance capitale, alors que les concepts d’interface sans fil multi-services élaborés dans le projet seront évalués et validés par les partenaires, souligne Frank Schaich, responsable du projet et membre des Bell Labs d’Alcatel-Lucent. Il aide à construire un consensus et facilitera le processus de normalisation de la 5G. »

*Alcatel-Lucent, Huawei, Intel, Nokia, Samsung, Sequans Communications, Wings ICT Solutions, Aalborg University, Politecnico di Bari, Institut Mines-Telecom/Telecom Bretagne, University of Bremen, Centre Tecnològic de Telecomunicacions de Catalunya (CTTC), Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives – Laboratoire d’électronique et de technologie de l’information (CEA-Leti) et Fraunhofer Heinrich Hertz Institut (HHI).


Lire également
L’Europe sélectionne 19 projets pour les premières briques de la 5G
Une architecture 5G définie par le projet 5G NORMA
L’UIT dévoile IMT-2020, le petit nom normatif de la 5G

crédit photo © Gustavo Frazao- shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur