Comment Proservia veut intégrer le top 3 du support IT en Europe

CloudProjetsSSII
34 197 Donnez votre avis

La filiale de services IT de ManpowerGroup, Proservia, ambitionne d’employer 10 000 salariés en Europe et d’atteindre les 500 millions d’euros de chiffre d’affaires, d’ici 2018. Stéphane Clément, directeur général de l’entreprise de support et de gestion d’infrastructures, précise comment.

Après l’acquisition de la branche WSDS d’Atos, Proservia, filiale française de ManpowerGroup spécialisée dans la gestion d’infrastructures et le support aux utilisateurs, confirme son implantation dans une dizaine de pays d’Europe (Grande-Bretagne, Irlande, Allemagne, Hongrie, Pologne, République tchèque, Roumanie, Norvège, Finlande, Danemark, Suède). Les agences européennes nouvellement ouvertes devraient être pleinement opérationnelles au printemps 2016. Elles doivent permettre à Proservia d’atteindre la taille critique nécessaire pour rivaliser avec la concurrence.

S’afficher en marque mondiale de ManpowerGroup

« Proservia devient la marque mondiale de ManpowerGroup dans le domaine du ‘end user support’. Nous voulons être parmi les trois leaders du marché dans tous les pays où nous nous implantons  », explique à la rédaction Stéphane Clément (en photo), directeur général de l’entreprise de services du numérique (ESN, ex-SSII). « Avec toujours le même leitmotiv : être un acteur fort localement, grâce à une forte croissance organique et à une politique d’acquisitions ciblées. Il ne s’agit donc pas d’offshoring. » Dans tous les pays où Proservia va s’implanter, ses agences travailleront avec des clients locaux, précise-t-il.

Adapter l’offre aux nouveaux usages

« Le savoir-faire technique se complexifie dans nos professions, et de nouveaux métiers apparaissent, en lien avec des technologies nouvelles. Nous devons nous adapter », commente le dirigeant. Le Cloud, par exemple, bouleverse l’activité d’acteurs actifs dans l’infogérance d’exploitation des serveurs, principalement, mais il ne remet pas en cause le modèle de Proservia, « car notre métier est centré sur le support aux utilisateurs finaux et leurs terminaux, et non sur les data centers. » Les méthodes et « les usages changent (virtualisation des espaces de travail, gestion à distance d’objets connectés), pas les services de support », assure-t-il. Pour soutenir ses ambitions, Proservia accélère ses recrutements.

Recruter massivement des profils techniques

« Entre 2011 et aujourd’hui, notre effectif a triplé. À l’heure actuelle, nous employons 2600 salariés en France » pour un chiffre d’affaires qui devrait atteindre 140 millions d’euros en 2015. « Comme nous affichons une croissance organique de l’ordre de 12 %, nous avons évidemment besoin de recruter massivement », souligne le patron de Proservia. Après les 700 embauches annoncées pour 2015, l’entreprise prévoit de recruter « entre 850 et 900 collaborateurs supplémentaires » en 2016. Essentiellement « des ingénieurs et administrateurs systèmes, des techniciens spécialisés dans le support client, les réseaux télécoms ou l’exploitation. Mais aussi des analystes ou des architectes SI. » D’ici 2018, Proservia ambitionne d’atteindre les 10 000 salariés en Europe, dont 4000 en France, et de réaliser 500 millions d’euros de chiffre d’affaires (dont 50 % à l’international).

Lire aussi :

Alain Roumilhac, Manpower : « on a triplé de taille dans le support en 3 ans »
Atos : les syndicats dénoncent la vente bradée d’activités à Proservia


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur