Télégrammes : ProtonMail sur Tor, Palantir sauve Airbus, Mozilla scrute le web, Intel Clear sur Azure

Big DataCensureCloudData & StockageLogicielsNavigateursPolitique de sécuritéPoste de travailRégulationsSécuritéSurveillance
0 0 Donnez votre avis

Si Armand Le Cléac’h a franchi la ligne d’arrivée du Vendée Globe en un peu plus de 74 jours, les télégrammes du soir sont un tout petit peu plus rapide à lire.

ProtonMail disponible aussi sur Tor. Le service de messagerie sécurisé vient de lancer une adresse sur Tor pour éviter la censure d’un gouvernement ou le blocage d’un fournisseur de services. Cette URL, https://protonirockerxow.onion est accessible comme les autres .onion via le navigateur Tor. ProtonMail souligne que la messagerie est déjà protégée par une communication en HTTPS et du chiffrement PGP. Mais avec l’adresse Tor, les utilisateurs pourront y accéder sans dévoiler leur véritable adresse IP. Cette initiative est née quand l’Angleterre a décidé de voter l’Investigatory Powers Bill, un texte étendant les capacités de surveillance des agences  de renseignement et services de police.

Airbus sauvé par Palantir. Le Financial Times a indiqué que l’avionneur européen a noué un accord avec Palantir, spécialiste du Big Data, pour travailler sur plusieurs projets dont l’assemblage final de l’A350 dans 4 pays. Et Tom Enders, CEO d’Airbus, sceptique au début sur ce partenariat qui a débuté il y a 18 mois, constate que l’expertise de Palantir a été déterminante pour la livraison des avions. Les solutions de la firme américaine ont détecté notamment la défaillance d’un fournisseur qui n’a pas livré à temps des sièges pour la classe affaires et des équipements pour les toilettes. Une découverte qui a permis à Airbus de rectifier le tir et de pouvoir livrer à peu près le nombre d’Airbus A350 prévu. Reste que Palantir, fondé entre autres par Peter Thiel, soutien actif de Donald Trump, a d’autres clients comme des agences américaines de renseignements. Même la DGSI a succombé à l’expertise de Palantir.

Mozilla prend la température d’Internet. Dans la foulée de son changement d’identité visuelle, Mozilla poursuit ses initiatives pour maintenir un Internet sain. La fondation éditrice du navigateur Firefox, notamment, lance un prototype de Bulletin de santé d’Internet. Ce projet vise à documenter et à analyser l’état de santé d’Internet en combinant des informations de plusieurs sources relatives à cinq thèmes clés : l’innovation ouverte, l’inclusion numérique, la décentralisation, la vie privée et la sécurité, et l’éducation à Internet. La communauté, comme les internautes, sont invités à participer au débat. Un premier pré-rapport (version 0.1) est prévu pour janvier. Après collecte des données, choix des indicateurs minimums à utiliser et thématiques de recherche, une version finale (1.0) du rapport sera livrée à l’automne 2017. « Nous pouvons indiquer ce qui ne va pas et le rendre meilleur, considère Mark Surman, directeur général de Mozilla. Si nous faisons ce genre de travail ensemble, je crois que nous pouvons étendre et alimenter le mouvement pour garder l’Internet beaucoup plus sain pour l’avenir. »

Clear Linux débarque sur Azure. Microsoft vient d’enrichir sa plate-forme de Cloud public Windows Azure d’un nouvel environnement d’exploitation : Clear Linux OS. Développé par Intel, cette distribution Linux a été optimisée pour tirer parti de la puissance des environnements Intel. Elle est téléchargeable gratuitement. L’instance Clear Linux OS est désormais accessible immédiatement sur la marketplace d’Azure sous forme de trois variantes d’images pour machine virtuelle, container et version dédiée au développement d’applications de machine learning. Clear Linux vient rejoindre d’autres environnement Open Source sur Azure dont Ubuntu, openSUSE, Debian, CentOS, Red Hat Enterprise Linux, SUSE Enterprise Linux, ou encore Oracle Linux.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur