PSA externalise la maintenance de ses PC… avant d’aller plus loin ?

DSIExternalisationProjetsSSII
6 14 Donnez votre avis

PSA Peugeot Citroën confie à Proservia les services d’assistance autour de ses postes de travail. Une première externalisation au sein de la DSI du groupe qui pourrait bien en appeler d’autres.

PSA Peugeot Citroën s’apprête à externaliser ses services d’assistance autour des postes de travail à Proservia, SSII qui s’est constitué une force de frappe en matière de support grâce à une vague de rachats. 64 personnes, dont 14 ingénieurs et cadres, de PSA France sont concernées par l’opération et doivent être transférées à la SSII au 1er octobre. Contactée par la rédaction, la CFTC dit comprendre « la volonté de PSA de sous-traiter  à une société pointue dans ce domaine technologiquement pointu, car nous avons bien vu que PSA ne propose plus à ses informaticiens les formations nécessaires au maintien à niveau des compétences ». Mais a émis un avis défavorable sur l’opération du fait notamment du passage des salariés concernés de la convention de la Métallurgie à la convention Syntec.

Proservia, filiale de services IT de ManpowerGroup a, ces derniers mois, racheté les activités de support aux utilisateurs et de help-desk d’Atos (entité WSDS), d’IBM Delivery Services en plus d’une poignée d’autres acquisitions plus modestes.

80 % des postes de la DSI classés ‘sensibles’

Pour l’instant, cette externalisation reste un cas isolé au sein de l’informatique de PSA. Mais peut-être plus pour très longtemps. Un délégué syndical CFTC remarque ainsi que, depuis la fin de l’année dernière, 80 % des postes de la DSI (qui compte entre 1500 et 2000 personnes en tout) sont classés dans la catégorie des métiers dits « sensibles, autrement dit appelés à être sous-traités ou à disparaître ». Un changement de pied radical, explique le syndicat. « Il y a seulement un an, tous ces métiers faisaient partie de la catégorie dite ‘en tension’, pour lesquels le groupe s’attendait à faire face à des difficultés de recrutement ».

Pour le syndicat, ce revirement, intervenu quelques mois après l’arrivée de Carlos Tavares à la tête du groupe, pourrait être le prélude à d’autres externalisations dans l’IT, touchant plusieurs centaines de postes. « Tous les mois, nous sommes informés d’un nouveau pan d’activité qui est externalisé dans un métier ou un autre, des opérations concernant entre dix et quelques centaines de personnes. Et cette stratégie s’accélère », assure le délégué CFTC.

A lire aussi :


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur