Composants

Qualcomm au sujet du 64 bits pour l’iPhone 5S : « un coup marketing »

iPhone_5S_Apple
4 2 5 commentaires

Alors que le succès commercial de l’iPhone 5S ne se dément pas, Qualcomm, par la voix de son directeur marketing, vient égratigner la firme à la pomme, qualifiant le choix d’un CPU 64 bits pour l’A7 de « coup marketing ».

Dans une interview dont témoigne Techworld, Anand Chandrasekher, vice-président sénior et directeur marketing au sein de Qualcomm, reconnaît que l’A7 suscite beaucoup d’intérêt : « Je sais qu’il y a beaucoup de bruit parce qu’Apple a mis en oeuvre un CPU 64 bits dans l’A7. » Mais, il estime qu’il s’agit simplement de marketing : « Je pense qu’il s’agit là d’un coup marketing. Il n’y a aucun bénéfice pour le consommateur. »

La mémoire courte…

Le premier bénéfice d’une architecture 64 bits est l’adressage d’une plus grande quantité de mémoire : 4 Go au plus avec une architecture 32 bits et jusqu’à 16 exbioctets (2^64 octets) en optant pour un CPU 64 bits. Or, l’iPhone 5S embarque 1 Go de mémoire vive à l’instar des iPhone 5, iPad 3 et 4.

Actuellement, aucun smartphone ou tablette pour Android ou iOS n’embarque 4 Go (ou plus) de mémoire vive. Le Galaxy Note 3 en intègre toutefois 2,7 Go.

Les bénéfices du 64 bits situés ailleurs que dans l’adressage mémoire

Ìl n’en reste pas moins que la conception de l’A7 s’est traduite par une évolution notable des coeurs « Swift » du CPU. Désormais baptisés « Cyclone » dans l’A7, ils disposent de deux fois plus de cache de niveau L1 que leur prédécesseur. Le contrôleur mémoire a également profité du redesign et a vu sa bande passante augmentée. Toutefois, ces optimisations ne sont pas directement liées au passage du 32 bits au 64 bits.

Un des seuls points inhérent à l’adoption du jeu d’instruction ARMv8 est le doublement des registres généraux (31 registres de 64 bits). Cet élément est de nature à accélérer le processeur.

Des choix architecturaux qui interrogent donc. En revanche, les doutes ne sont plus permis sur les performances de l’iPhone 5S, ses premiers résultats de benchmark le mettant largement à l’honneur.

En adoptant une architecture 64 bits, Apple a également préparé le terrain pour le développement d’applications en 64 bits. Les développeurs d’applications iOS vont de ce fait prendre un temps d’avance. C’est probablement à ce niveau que la firme à la pomme marque le plus de points.

Les autres constructeurs ne s’y sont pas trompés et c’est à mots à peine couverts que Samsung a récemment évoqué l’adoption de l’architecture 64 bits pour le Samsung Galaxy S5. Samsung donc mais aussi Nvidia, Qualcomm et LG sont notamment sur les rangs pour le développement de CPU ARM 64 bits (Cortex-A50).

  1. Faut bien toute cette « puissance » dans la mesure ou désormais c’est le iBidule qui enverra toutes vos infos personnelles à la NSA et non plus cette dernière qui viendra les chercher sur votre iBidule. :))

  2. C’est uniquement de la jalousie puisqu’il y a effectivement bénéfice pour l’utilisateur indépendamment de l’adressage. Quelle mauvaise foi !
    Pour certains il semble de bon ton de toujours taper sur Apple.

    1. Le benefice pour l’utilisateur se situe principalement au niveau des performances pures du processeur (finesse de gravure permettant une frequence de fonctionnement plus elevee), ce qui etait deja le cas a chaque nouvelle generation d’iPhone. Le 64 bits a proprement parler n’apporte pratiquement rien.

      1. Le doublement du nombre de registres peut sembler innocent. Toutefois, sur une architecture comme l’ARM plus faible dans le traitement des I/O qu’un processeur CISC, le gain à attendre sera sans aucun doute très significatif. Sans compter bien évidemment les nouvelles instructions apportées par le jeu d’instructions ARM v8 et des gains évidents lors du traitement de nombres entiers 64 bits (qui sont finalement plus courants qu’on ne le croit). Dans le monde 64 bits, l’adressage n’a jamais été l’élément primordial (d’autant plus que les puces 32 bits adressent aujourd’hui potentiellement autant de mémoire vive).