Qualcomm se préparait à supprimer des milliers de postes

ComposantsMobilitéPoste de travailSmartphones
2 7 Donnez votre avis

Selon la presse américaine, Qualcomm serait sur le point d’annoncer un plan social impliquant la suppression de 10% de sa masse salariale, soit environ 3000 postes.

Le site The Information a indiqué que Qualcomm devrait annoncer lors de la publication des résultats trimestriels mercredi un plan social touchant des milliers de personnes. Le site web qui s’appuie sur des sources internes et externes évoque 10% de la masse salariale qui comprend 30 000 salariés, soit environ 3000 postes. Par contre, il ne donne aucun élément sur les activités et les régions concernées. Interrogé par nos confrères américains, le fabricant de puces n’a pas commenté cette information. La semaine dernière, c’était un blog sur le hardware Fudzilla qui parlait d’une restructuration majeure pour Qualcomm avec à la clé la suppression de 4000 emplois.

Qualcomm est sous pression avec une chute de 46% de son bénéfice au deuxième trimestre. Le fondeur est confronté à une forte concurrence dont le taiwanais MediaTek, ainsi que des petits acteurs chinois qui se spécialisent dans la fabrication de puces pour les smartphones low cost. Sur le prochain trimestre, les revenus et les bénéfices seront probablement en dessous des attentes des analystes émises en avril dernier. La perte d’un client clé et le retard dans le lancement de smartphones de constructeurs vont avoir un impact sur le produit phare de la firme américaine, Snapdragon. On se souvient que Samsung a décidé d’utiliser ses propres puces pour les Galaxy S6 au détriment des Snapdragon.

Autre pression, des actionnaires et notamment le fonds Jana Partners poussent la direction à scinder la société en deux avec d’un côté une activité de fabrication de puces et une autre dédiée à la gestion des brevets. Cette seconde branche est hautement profitable à travers la rente sur la technologie CDMA. De même, sur le plan juridique, Qualcomm est sous le coup d’une double enquête pour abus de position dominante de la Commission européenne. Une épée de Damoclès sur les résultats en cas d’amende infligée qui pourrait aller jusqu’à 10% du chiffre d’affaires.

A lire aussi :

Concurrence : l’UE active deux enquêtes sur Qualcomm
LTE-A : Huawei et Qualcomm franchissent les 600 Mbit/s sur smartphone

crédit photo © Lightspring – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur