Marianne

Quels CMS sont utilisés par les candidats à la présidentielle ?

Appelés par la filière française du logiciel à s’engager en faveur du développement de l’économie numérique, les candidats à la présidentielle 2012 ont-ils opté pour des systèmes de gestion de contenu libres, open source ou propriétaires ? Ces CMS sont-ils européens ou américains ?

Pour leurs principaux sites de campagne, les douze candidats à la présidentielle encore en lice à ce jour, privilégient des systèmes de gestion de contenu (CMS – Content Management Systems) open source utilisant le langage PHP. Arrive en tête l’incontournable WordPress, CMS utilisé par cinq candidats. Il est suivi par Drupal et SPIP (deux candidats chacun), puis : SilverStripe, Joomla! et… OpenCMS, le seul écrit en Java (un candidat chacun).

WordPress est plébiscité

Parmi les candidats ayant opté pour WordPress se trouvent deux candidates écologistes qui s’apprécient peu, l’une centriste, Corinne Lepage (Cap 21), l’autre à gauche, Eva Joly (Europe Écologie Les Verts). Un sondage de l’institut CSA réalisé pour le compte de 20 Minutes les crédite chacune de moins de 5 % des voix (3 % pour Mme Joly, entre 0,5 % et 1 % pour Mme Lepage) au premier tour de l’élection présidentielle, si celui-ci avait lieu dimanche.

Au centre, le candidat de République Solidaire, Dominique de Villepin (2 % des voix), utilise également ce CMS né en 2003 à l’initiative de l’Américain Matthew Mullenweg. Ce dernier est développeur principal de WordPress et fondateur de la société Automattic Inc.

Les deux autres candidats utilisant WordPress, adversaires de longue date, se positionnent aux deux extrémités de l’échiquier politique français : la candidate du Front National, Marine Le Pen d’un côté (17 % des voix), le candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, de l’autre (9 % des voix).

Drupal et « la France forte »

L’actuel Président de la République et candidat UMP, Nicolas Sarkozy (27 % des voix au premier tour selon le CSA), et ses équipes, tout comme celles de Nicolas Dupont Aignan (1,5 % des voix), candidat du parti Debout la République, ont opté pour Drupal. Projet de développement ouvert, Drupal est né en Belgique en 2001.

Lafranceforte.fr est hébergé par Agarik (Saint-Ouen), Debout-la-republique.fr par Online SAS, filiale d’Iliad (Paris).

SPIP à l’extrême gauche

Hébergé par l’Agence des Médias Numérique (Paris), le site de la candidate de Lutte Ouvrière, Nathalie Arthaud (créditée de 0,5 % des voix au premier tour), a été développé avec SPIP, tout comme le site du candidat du NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste), Philippe Poutou (moins de 0,5 % des voix).

« Système de publication pour l’internet » utilisant le langage PHP et distribué sous licence libre GNU/GPL, SPIP est né en 2001 d’une initiative du collectif francophone minirézo. Celui-ci s’est engagé en faveur d’un web indépendant et de la libre expression.

SilverStripe, OpenCMS et Joomla!

Pour son site de campagne, le candidat socialiste François Hollande (28 % des voix au premier tour) et ses conseillers ont sélectionné SilverStripe, à la fois CMS et framework open source développé par la société néo-zélandaise SilverStripe Ltd.

Le candidat du Modem, François Bayrou (11 % des voix), s’est à plusieurs reprises prononcé en faveur des logiciels libres et open source. En matière de gestion du contenu, OpenCMS, système ouvert fourni par la société allemande Alkacon Software, est utilisé pour le site du Modem (WordPress pour Lesdemocrates.fr).

Le Mouvement Démocrate déclare consacrer un budget de 600 000 euros à la campagne web de son candidat (sur un total d’environ 8 millions d’euros). Deux agences, Spyrit pour la technologie et Big Youth pour le webdesign, participent au développement et à la maintenance du site bayrou.fr.

Frédéric Nihous (0,5 % des voix), candidat CPMT (Chasse, Pêche, Nature et Traditions) a choisi Joomla! Ce système proposé sous licence libre GNU/GPL a été créé en 2005 depuis le Royaume-Uni par une équipe internationale, et ce à la suite du projet Mambo.

Pourquoi l’open source ?

Avec ces CMS, les équipes de campagne web des candidats à la présidentielle 2012 ont la possibilité de limiter leurs dépenses en s’affranchissant du coût d’une licence d’utilisation d’un logiciel propriétaire. Elles ont également la possibilité d’adapter leur système de gestion de contenu à partir du code source du programme et, enfin, de contribuer au développement de l’écosystème open source.

Ariane Beky

Auteur: Ariane Beky

Journaliste Silicon.fr

Mon article vous a plu ?
Restez-connectés en vous inscrivant à nos newsletters

Ariane Beky Ariane Beky

Cloud : Accélérateur de Business

Tout savoir sur les atouts Cloud pour la DSI !
Accédez au site Cloud : Accélérateur de Business et découvrez les dossiers et articles dédiés au Cloud, visualisez les vidéos interviews et témoignages clients et téléchargez gratuitement les études et livres blancs.

Derniers commentaires




8 replies to Quels CMS sont utilisés par les candidats à la présidentielle ?

  • Le 25 février 2012 à 7:59 par Oui mais non

    N’oubliez pas une chose : les CMS, c’est particulièrement adapté aux néophytes d’Internet, qui ne maîtrisent pas vraiment le développement informatique (blog de cuisine, blog familial).

    Car rien ne vaut un site fait maison :
    - originalité : tous les blogs WordPress se ressemblent, ils s’identifient même au premier coup d’oeil ! Les sites construits de A à Z non.

    - possibilités : on peut TOUT faire avec un site fait maison, contrairement aux CMS où il faut avoir telle extension pour faire telle chose.

    - souplesse : les CMS sont lourds car ils essaient de prévoir des fonctionnalités variées mais subissent du coup une lourdesse dans le code et la moindre modif manuelle est pénible.

    - évolutive : allez faire évoluer votre CMS quand le code est lourd à maintenir. Vous subissez les contraintes de mise à jour de l’outil. Et s’il n’est plus maintenu, bon courage !

    Le site fait maison, par contre, demande un coût de développement (s’il est acheté), mais ça, les candidats aux présidentielles peuvent largement le supporter. Un site ne coûte pas 600.000 euros à développer !

    • Le 25 février 2012 à 14:10 par montesq

      Oui mais non, votre raisonnement n’est pas du tout adapté aux circonstances!

      1) les besoins des candidats sont certainement on ne peut plus basiques et très bien supportés par la majorité des CMS, à partir de là, pourquoi réinventer la roue?

      2) La présentation des CMS peut être hautement personnalisés, mais effectivement plus on va s’écarter des templates standards, plus cela coutera

      3) les CMS sont en général modulaire, donc fatalement plus lourd qu’un dév custo mais potentiellement mieux pensés pour des évolutions futures

      Concernant le site maison, vous oubliez qu’il faut trouver un bon prestataire qui ne va pas faire du code à 2 francs qui ne tiendra pas la charge et qui sera hacké par le premier noob qui passera sur ce site. De plus il faudra tester toutes les fonctionnalités développées avec un risque fort de dysfonctionnement alors que dans un CMS -qui plus est libre- la majorité des fonctionnalités courantes ont déjà été testées par les développeurs mais aussi par les autres utilisateurs du produit!

    • Le 25 février 2012 à 14:15 par hq

      +1 pour @Oui mais non, et puis franchement, je ne suis pas certain que les équipes de campagne Web choisissent des CMS Open-Source pour « adapter leur système de gestion de contenu à partir du code source du programme », et encore moins « contribuer au développement de l’écosystème open source. ». Quand on voit comment c’est codé, en dehors des parties propres au CMS, c’est vraiment fait avec les pieds.

    • Le 25 février 2012 à 18:59 par Jean-Baptiste R

      Bonjour,

      Je suis le coordinateur de la web-campagne de Nicolas DUPONT-AIGNAN mais surtout, c’est moi qui ai développé le site de notre partie sous Drupal.

      La raison qui nous pousse à travailler sur des CMS est simple: nous n’avons pas les moyens de développer des sites intégrant une gestion éditoriale des contenus.

      Le site est alimenté par près d’une dizaine de personnes qui ne pourraient pas travailler dans un environnement peu avenant. Notre fonctionnement est proche de celui d’un média classique et cette facilité d’usage est déterminante.

      Pour compléter l’article, le site du candidat « nda2012.fr est développé avec WordPress et sera en ligne dans qqs jours.

  • Le 25 février 2012 à 13:41 par paul

    C’est étrange de se tourner vers SPIP qui est un CMS très peu utilisé. D’autant plus que SPIP a connu de nombreuses fail.

    Concernant Drupal ou joomla je pense que c’est excellent choix. Bon courage aux sociétés qui s’occupent de la partie sécurité des sites. J’imagine que les noyaux des CMS sont énormément modifiés.

  • Le 27 février 2012 à 11:19 par Bubulle

    Vous avez oublié Jacques Cheminade qui utilise aussi spip

  • Le 1 mars 2012 à 10:59 par Daniel Roch

    WordPress représente (plus ou moins) 15% des sites Internet au monde.

    Il n’est donc pas étonnant de retrouver autant de candidats à l’utiliser pour leur site de campagne. ;)

  • Le 11 mars 2012 à 17:49 par Valentin

    Drupal est le plus optimisé je pense pour créer un site de campagne.

Laisser un commentaire

  • Les champs obligatoires sont indiqués avec *,
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

X
Connexion S'enregistrer

Connectez-vous pour accéder à tout notre contenu.
Si vous n'avez pas encore de compte,
S'enregistrer GRATUITEMENT

perdu ?
Connexion S'enregistrer

Enregistrez-vous gratuitement pour avoir un accès illimité à tout notre contenu.

Vérifiez votre email

Merci de votre enregistrement. Nous venons de vous envoyer un email contenant un lien pour confirmer votre adresse.
(si vous ne recevez pas l'email dans quelques minutes, vérifiez votre boîte spam).

Oh, vous avez perdu votre mot de passe ?

Pour recevoir votre mot de passe, entrez l'adresse email utilisée pour vous inscrire.

Ou essayer de vous connecter à nouveau.