Le Raspberry Pi 3 capable de démarrer en réseau

ComposantsPCPoste de travail
ViewSonic SC-T25
4 7 Donnez votre avis

Le démarrage du Raspberry Pi 3 en mode réseau est une aubaine pour les gestionnaires de parc informatique, qui pourront l’utiliser au sein d’une flotte de clients légers ou de microserveurs.

Après le démarrage direct d’un Raspberry Pi 3 sur un périphérique USB annoncé vendredi (voir « Le Raspberry Pi 3 capable de démarrer directement en USB »), voici une nouvelle option de boot pour cette carte mère ARM low cost : le réseau.

Le mode de fonctionnement est identique à celui adopté par les PC classiques : utilisation du DHCP pour déterminer l’adresse du serveur TFTP, puis utilisation de ce serveur TFTP pour charger une image de l’OS à démarrer.

Grâce au démarrage en réseau, la gestion d’un parc de Raspberry Pi sera grandement simplifiée, puisque l’image de l’OS pourra être centralisée sur un unique serveur. Un plus pour un parc de clients légers ou un cluster de microserveurs.

Ce système permet également de s’affranchir de la carte SD, qui manque de fiabilité à long terme, en particulier lorsqu’elle est utilisée pour des opérations d’écriture. Un plus indéniable pour une utilisation au sein d’un datacenter ou d’un site industriel.

Sans carte SD… sur le Pi 3

Comme pour le boot sur port USB, cette nouvelle fonctionnalité ne sera accessible que sur le Raspberry Pi 3. Elle est pour le moment disponible dans la version de test de son firmware.

Les anciennes versions du Pi pourront toutefois s’en approcher, en utilisant le fichier bootcode.bin ad hoc, installé sur une carte SD. La carte mémoire ne servant qu’à charger cet élément (une simple opération de lecture), sa fiabilité dans le temps devrait rester correcte.

À lire aussi :

Linux passe au 64 bits sur le Raspberry Pi 3
Raspberry Pi : le Compute Module 3 est en approche
Le Raspberry Pi et 7 concurrents en héritiers de la révolution ARM


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur