Les recruteurs s’arrachent ingénieurs et cadres informaticiens… mais pas tous

DéveloppeursDSIProjetsRégulations
3 90 1 commentaire

Pôle emploi a publié son enquête sur les besoins en main d’oeuvre (BMO 2016). Les ingénieurs et cadres en informatique figurent parmi les 15 métiers les plus recherchés, et ceux pour lesquels les entreprises expriment les plus fortes difficultés de recrutement.

Après avoir progressé de 2,3 % en 2015, les intentions de recrutement des entreprises en France (métropole et Outre-mer) devraient augmenter de 5,1 % en 2016, à 1 827 300 embauches prévues (soit 88 000 de plus qu’en 2015). C’est le plus haut niveau observé au cours des sept dernières vagues de l’enquête annuelle de Pôle emploi sur les besoins en main-d’œuvre (BMO), réalisée avec le Crédoc.

Le secteur des services concentre à lui seul près des deux tiers des projets de recrutement, soit sur des postes opérationnels et peu qualifiés (agent d’entretien, aide, manutentionnaire…), soit sur des postes de cadres. Et l’informatique joue un rôle moteur sur ce marché.

À qui profite la guerre des talents ?

Les ingénieurs, cadres d’études et R&D en informatique font leur entrée dans le classement des 15 métiers les plus recherchés cette année, avec 31 584 projets de recrutement (soit 5 874 de plus par rapport à 2015). Cela représente la majeure partie des embauches de cadres attendues dans le secteur des activités informatiques et télécoms cette année, selon des données compilées par l’Apec.

BMO 2016_top 15_© Pôle emploi

Les ingénieurs, cadres et responsables informatiques figurent aussi au top 10 des métiers non saisonniers les plus recherchés, selon l’enquête BMO 2016 de Pôle emploi. Mais « ce sont également des métiers où la part de projets difficiles à satisfaire est parmi les plus élevées » (avec 61,7 % de projets de recrutement IT jugés difficiles par les entreprises), souligne l’établissement public.

L’offre et la demande de compétences

Une intention d’embauche ne se traduit pas toujours par un recrutement. Et le chômage IT reste élevé. Ce « paradoxe » témoigne de l’inadéquation entre l’offre et de la demande de compétences techniques et relationnelles (soft skills), et de l’impossibilité pour le marché d’absorber à la fois les nouveaux entrants et les demandeurs d’emploi informatique.

Les cadres ayant de 1 à 10 ans d’expérience et les jeunes diplômés sont les plus demandés, notamment les développeurs et les spécialistes de l’analyse de données.

Lire aussi :

Vers une hausse des créations nettes d’emplois IT en 2016

Les recrutements de cadres IT devraient bondir en 2016

Ingénieurs informaticiens, mais où est la pénurie ?

crédit photo © STILLFX / Shutterstock.com

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur