Nouvelle réduction de voilure pour Cyanogen Inc.

Editeurs de logicielsMobilitéOS mobilesProjets
2 4 Donnez votre avis

Tout va mal pour Cyanogen Inc. qui vit probablement ses derniers mois en tant qu’éditeur d’OS mobile dérivé d’Android. Voire en tant que société.

Nouvelles difficultés pour Cyanogen Inc. La société va fermer ses bureaux de Seattle d’ici la fin de l’année et procédera à de nouveaux licenciements.

Le rôle de Steve Kondik, cofondateur de Cyanogen Inc., serait également remis en question. Il est vrai que son poste actuel, Chief Science Officer, est mal défini et ressemble fort à une mise au placard en règle.

Sans son quartier général, sans sa tête pensante et avec des effectifs réduits, le futur de la société semble bien sombre. Elle devrait toutefois poursuivre ses activités dans ses bureaux de Palo Alto, indique Android Police.

La fin de Cyanogen OS

Le mouvement amorcé en octobre se poursuit donc. Kirt McMaster, cofondateur et CEO de la société était alors remplacé par son COO Lior Tal, alors que Steve Kondik lâchait le poste de CTO pour celui de Chief Science Officer.

Dans le même temps, l’éditeur lançait Cyanogen Modular OS, une offre permettant aux constructeurs d’utiliser les composants de Cyanogen à la carte, signant ainsi dans la pratique la fin de cette alternative à Android.

Aujourd’hui, une grande partie des terminaux mobiles Cyanogen OS a été retirée du marché. Très attendu, le Zuk Z2 de Lenovo, évoqué en version Cyanogen OS (voir « Le Zuk Z2 de Lenovo accessible aussi sous Cyanogen OS ») ne devrait être finalement accessible que sous Android.

À lire aussi :
Cyanogen Inc. écarte ses fondateurs et se rapproche d’Android
Première release pour CyanogenMod 13, le clone d’Android 6.0
En difficultés, Cyanogen Inc. pourrait abandonner son OS mobile


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur