Sécurité

Reporters Sans Frontières riposte au piratage de son site

2005926-rsf
0 0 Donnez votre avis

Ce jeudi 7 août, on apprenait qu’un code malveillant s’était introduit sur le site de RSF. Aujourd’hui, l’ONG dit avoir piraté une fréquence FM chinoise. Ambiance

Deux attaques en moins de six mois. Le site de Reporters Sans Frontières a décidé de riposter face aux intrusions de ‘hackers’ provenant de Chine – affirment les dirigeants de l’association humanitaire.

Après avoir déjà fait l’objet d’une attaque en mars 2008 à la suite du lancement d’une cyber-manifestation sur le thème de la liberté sur la Toile, le site a une nouvelle fois fait l’objet de codes malveillants.

Par sa méthode, cette attaque est assez simple. Elle vise à faire télécharger un code espion caché sur un serveur basé à Taiwan, puis en Chine. Si les visiteurs de RSF.org n’avaient pas mis à jour le ‘player‘ Flash d’Adobe, ils se retrouvaient piégés par un petit programme qui, une fois installé dans les PC des visiteurs, installait un code capable d’intercepter tous les identifiants et mots de passe tapés par l’internaute infecté.

Après enquête, le site zataz.com a trouvé que les adresses IP provenant du ou des pirates pourraient appartenir à des serveurs du gouvernement chinois. Il pourrait néanmoins s’agir d’un ‘botnet’ ou ordinateur zombie contrôlés par d’autres machines à distance.

Face à cette intrusion, Robert Ménard, fondateur et dirigeant de RSF a réagi.

Ce vendredi matin 8 août à 8h08, l’organisation a annoncé sur son site avoir réussi à pirater une fréquence FM chinoise pour diffuser un message rappelant aux autorités les droits de l’Homme.

Robert Ménard prend donc la parole dans un message en français, en anglais et en mandarin : « Arrêtez de brouiller les radios internationales, arrêtez de surveiller Internet avec des dizaines de milliers de cyberpoliciers. Voilà quelques unes des propositions que nous faisons« .

Le message se termine par : « Vous nous avez interdits d’aller à Pékin et bien nous y sommes tout de même« . Et de conclure que la censure ne fonctionne pas. En tout cas le piratage si.