Vers une revalorisation des salaires des informaticiens de l’Etat ?

DSIProjetsRégulationsSecteur Public

Bernard Cazeneuve tire la sonnette d’alarme sur le besoin de l’Etat d’attirer et retenir des compétences rares en informatique. Et se montre prêt à entrouvrir les cordons de la bourse. La DSI de l’Etat (la Dinsic) sera à la manœuvre.

Comment continuer à attirer des « professionnels aguerris dans un secteur où les compétences évoluent vite et sont rares » ? C’est à ce défi que tente de répondre une circulaire signée le 21 mars par Bernard Cazeneuve, le Premier ministre, et adressée à l’ensemble de ses collègues du gouvernement. Ce document prévoit notamment la création d’un réseau des services ministériels RH et des DSI ministérielles, un réseau piloté par la Dinsic (la DSI de l’Etat) et la DGFAP (direction générale de l’administration et de la fonction publique) et chargé du « suivi des chantiers communs ».

Ces deux organisations interministérielles ont en effet déjà été sollicitées par l’exécutif afin de monter un plan d’actions permettant « d’attirer, retenir et fidéliser ces compétences rares ». Une des premières concrétisations de ces actions ? La création en mai 2015 du corps des ingénieurs des systèmes d’information et de communication (Isic), né au sein du ministère de l’Intérieur tout en ayant une vocation interministérielle. Ce statut, accessible sur concours depuis septembre 2015, vise à donner des perspectives nouvelles en termes de mobilité, d’opportunités de carrière et de formation aux spécialistes IT recrutés par l’Etat. « Ce corps a vocation à devenir le principal vivier interministériel de ressources », écrit Bernard Cazeneuve, qui confie à l’Intérieur le soin d’animer un réseau des services RH employant des Isic.

Métiers en tension : recruter directement en CDI

Cazeneuve 1
Bernard Cazeneuve

Par ailleurs, la Dinsic et la DGFAP sont également chargées de mettre en place une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences IT à l’échelon interministériel. Charge aux différentes administrations d’alimenter ces deux directions avec les données nécessaires. Objectif affiché par le Premier ministre : « cibler en priorité les métiers les plus en tension ». Pour ces derniers, Bernard Cazeneuve ouvre d’ailleurs la porte à un recrutement direct en CDI « sans obligatoirement attendre une période de 6 ans », le chemin de croix par lequel passent habituellement les contractuels qui enchaînent les CDD sur cette durée avant d’espérer une éventuelle titularisation. Le locataire de Matignon ajoute que le passage au statut de fonctionnaire d’un profil IT ayant les compétences ciblées pourra s’effectuer avec maintien de la rémunération précédente.

Si ces directives visent clairement à donner davantage de souplesse en termes de rémunérations, pas question pour autant de laisser le champ libre à une guerre des talents entre ministères. « Une pratique contraire à l’intérêt général », sermonne le Premier ministre. A ce sujet, la Dinsic et la DGFAP se voient confier le soin de bâtir un référentiel des rémunérations par métier, tant pour les contractuels que pour les fonctionnaires. Pour la DSI de l’Etat, la publication de cette directive constitue une étape supplémentaire dans l’élargissement de ses capacités d’action, après avoir obtenu un droit de regard – mais aussi un droit de véto – sur les plans d’investissement des ministères pour les projets de plus de 9 millions d’euros.

A lire aussi :

Enfin une filière interministérielle pour les ingénieurs IT (tribune)

Projets IT de l’Etat : le prélèvement à la source coûtera 160 M€

La relation au citoyen est le parent pauvre des chantiers informatiques de l’Etat (tribune)

Crédit photo : Visual Hunt

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur