Richard Stallman cloue au pilori les OS de Microsoft, Apple et Google

LogicielsMalwaresMobilitéOpen SourceOS mobilesSécurité
8 18 Donnez votre avis

Dans une tribune au Guardian, le fondateur de la Free Software Foundation accuse les systèmes d’exploitation Windows, OS X, iOS et Android d’entraver et espionner les utilisateurs.

Le père et gourou du logiciel libre, Richard Stallman, fait à nouveau sensation en qualifiant de malwares les systèmes d’exploitation desktop et mobiles de Microsoft, Apple et Google. Sa tribune a été publiée la semaine dernière, sous licence Creative Commons, dans les colonnes du Guardian.

« Quels types de programmes constituent des logiciels malveillants ? Les systèmes d’exploitation, en premier lieu », a déclaré le fondateur de la Free Software Foundation (FSF). Il accuse Windows « d’entraver les utilisateurs » et d’utiliser « une backdoor universelle qui permet à Microsoft d’imposer à distance des modifications logicielles. » Il ajoute que « Microsoft saborde les utilisateurs de Windows en dévoilant à la NSA des failles de sécurité, avant de les colmater. » Les OS d’Apple et Google ne font pas mieux, selon lui.

Les OS, les objets connectés et la data

« Les systèmes d’exploitation d’Apple sont également des malwares : Mac OS espionne et entrave ses utilisateurs ; iOS espionne, entrave, censure des applications et dispose d’une backdoor ». Android, l’OS mobile de Google pourtant basé sur le noyau Linux, « contient un malware dans un composant non libre : une backdoor pour l’installation ou la suppression forcée, à distance, de n’importe quelle app ».

Les logiciels propriétaires dans les objets connectés et le traitement de données massives à des fins marketing sont d’autres sujets préoccupants pour Richard Stallman. Taxé d’illuminé par certains, de visionnaire par d’autres, l’homme appelle à la résistance. « Devez-vous faire confiance à un Internet des objets basé sur des logiciels propriétaires ? Ne soyez pas un idiot », assène-t-il.

Lire aussi :
Android : La NSA transforme Google Play et Samsung Apps en espion
Espionnage de masse : le problème réside aussi dans le logiciel, explique la FSF

crédit photo de une © Anders Brenna / crédit photo de Richard Stallman dans le texte © Victor Powell CC 3.0

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur