La robotique à la demande et l’IA, au top des prévisions d’IDC

CloudLogicielsM2MRéseauxSécurité
0 0 Donnez votre avis

L’avènement de la robotique en tant que service, la promotion du chief robotics officer et la pression réglementaire devraient marquer le secteur d’ici 2020, selon le cabinet IDC.

La robotique industrielle et de service est stimulée par les développements technologiques dans l’intelligence artificielle (IA) et le Cloud. La tendance devrait se poursuivre en 2017 et au-delà, selon les prévisions d’IDC. La robotique en tant que service (RaaS) devrait également marquer le secteur.

D’ici 2019, 30 % des applications commerciales de robotique seront distribuées « à la demande », selon IDC. Par ailleurs, les directeurs de la robotique (chief robotics officer) vont être davantage demandés. 30 % des grands groupes devraient se doter de la fonction dans les trois ans. Dans le même temps, la concurrence entre acteurs de la robotique et la guerre des talents vont s’intensifier.

Bots, innovation et régulation

La société d’études table également sur une hausse du salaire moyen d’experts d’au moins 60 % d’ici 2020. L’offre de compétences étant inférieure à la demande du marché. Résultat : 35 % des emplois dans la robotique ne trouveraient pas preneurs… Outre les difficultés de recrutements, de nouvelles contraintes réglementaires, spécifiques à la robotique, devraient peser sur les entreprises du secteur. Les gouvernements souhaitant à la fois tirer profit de la robotique et des applications d’intelligence artificielle, tout en préservant l’emploi, la sécurité et la vie privée.

Enfin, IDC prévoit qu’un véritable marché Cloud de la robotique émerge. Des applications et robots connectés, en réseau, intelligents, capables de collaborer. L’industrie et le e-commerce sont loin d’être les seuls secteurs à se lancer. La logistique, la santé, les services publics et d’autres expérimentent l’utilisation de robots de nouvelle génération pour automatiser leurs opérations.

Lire aussi :

L’automatisation et l’IA vont-ils avoir la peau des travailleurs ?
Intelligence artificielle et pensée humaine, à un algorithme près ?
Carnegie Mellon se penche (à son tour) sur l’éthique de l’IA

crédit photo © Lightspring-Shutterstock.com

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur