Viré à cause d’un bug dans Numbers dévoilant les salaires de Buffalo Grill

DSIJuridiqueProjetsRégulationsSécurité

Un cadre licencié par Buffalo Grill aurait accédé à tous les salaires du groupe après avoir ouvert un fichier Excel dans Numbers. Aux prud’hommes, son avocat rejette la faute sur la fonction SI.

Le directeur d’un restaurant Buffalo Grill d’Ollioules (Var) voulait préparer le bugdet prévisionnel de l’établissement, au calme. L’ouverture d’un fichier sensible, transféré par ses soins sur son ordinateur personnel, lui a coûté son poste, rapporte Var Matin. Le fichier Excel (le tableur de Microsoft) en question était censé inclure 8 onglets. Mais en l’ouvrant depuis son MacBook personnel avec Numbers, le logiciel d’Apple, l’homme aurait constaté que le fichier regroupait en fait 22 onglets. Les salaires des 6 790 salariés du groupe y étaient contenus.

Alerté par le gérant lui-même, la direction de Buffalo Grill a décidé, en janvier dernier, de le licencier pour faute grave. Le groupe lui reproche d’avoir pris connaissance des éléments de salaires des personnels en procédant volontairement au déverrouillage du fichier. Il lui est également reproché d’avoir communiqué certaines de ces informations à des collègues.

Bug ou manquement de la fonction SI ?

L’affaire a été portée par l’intéressé et son avocat devant le conseil de prud’hommes de Toulon. Les deux parties s’y sont retrouvées lundi pour défendre leurs arguments. L’avocat de l’ancien gérant estime que son client a été licencié « sans cause réelle et sérieuse ». Et que le problème vient d’un défaut de sécurisation, en interne, du système utilisé par l’entreprise.

L’avocat de Buffalo Grill, de son côté, a souligné que le cadre a accédé à des données confidentielles sans alerter immédiatement sa hiérarchie. De plus, selon lui, la loyauté vis-à-vis de l’employeur a été bafouée par la divulgation d’informations auprès d’autres salariés de Buffalo Grill. Le cadre a donc été licencié. Le responsable du service informatique du groupe serait, lui, toujours en poste.

La décision des prud’hommes est attendue pour le 31 mars 2017.

Lire aussi :

Manpower : l’informatique stresse ses salariés
Lanceurs d’alerte : des conséquences floues pour les DSI
La messagerie perso reste privée… même au bureau

crédit photo © Singkham / Shutterstock

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur