Salon 3GSM 2007 : Indian connection et gazelles françaises

Régulations

Les indiens ne s’illustrent pas seulement dans le rachat de nos fleurons
industriels, ils managent aussi brillamment les opérateurs

Le 3GSM de Barcelone est plus grand qu’il n’a jamais été pour sa deuxième édition espagnole. Comme en 2006, le soleil est de la partie, au moins très apprécié des parisiens fuyant le brouillard et la pluie. Les CEO des grands opérateurs globaux et de toute l’industrie s’y retrouvent d’abord dans les conférences qui ne comptent pas moins de 5 keynotes sessions s’étendant sur 3 jours où ils y exposent leur succès, dévoilent leur stratégie et viennent écouter leurs confrères, puis pour y conclure des deals.

Opérateurs, indian connection

Les indiens ne s’illustrent pas seulement dans le rachat de nos fleurons industriels, ils managent aussi brillamment les opérateurs Dans la première keynote de mardi, il était particulièrement intéressant de voir, à la table ronde, se confronter deux Ceo d’origine indienne : celui de Vodafone Arun Sarun et celui d’Orange Sanjiv Ahuja. A fleuret moucheté sur la convergence et l’évolution de leur service 3G. A laquelle s’est greffée l’intervention du Président de l’opérateur indien Barthi-Airtel, Sunil Mital qui vient de permettre l’opération de rachat de Hutchinson Essar par Vodafone et qui se félicitait à l’occasion du passage de sa société à plus de 100 millions d’abonnés.

On y a retrouvé par rapport à l’année dernière un Vodafone plein d’allant, ne reniant pas l’abandon d’un portail « Vodafone live exclusif » pour l’ouverture à de nouveaux mariages avec Google , YouTube et Microsoft., et pourquoi pas Yahoo, Disney demain, validant sa décision de partage de son infrastructure 3G avec Orange sur l’Angleterre et l’Espagne, et focalisant, tout comme Orange, la convergence en moins, sur la satisfaction des besoins du client.

Les gazelles françaises de la vidéo

Difficile , impossible de rendre compte d’une telle manifestation. Trop de sujets , de stands, de monde. Mais quelle est la tendance. ? Comment détecter les signaux faibles ? Pour cela, il faut garder le regard libre. Peut être également laisser aux spécialistes les nouveautés des majors sur les mobiles, les infra, l’arrivée de Windows mobiles 6, pour se concentrer sur le contenu, le « rich média », l’accès TV en streaming HSDPA et en DVBH. C’est un sujet passionnant. Les opérateurs et fabricants rêvent d’en faire leur nouvelle vache à lait. La voix n’est toujours pas gratuite mais pourrait le devenir, alors que le contenu, les images , la musique, la vidéo, les jeux, la TV constituent tous des flux à la demande qui se paient et des terminaux de valeur . Autant dire qu’ils regardent toutes les innovations sur leur mise en ligne pour le mobile. Et là toute une série de boites françaises de moins de 10 ans d’existence sont présentes et actives sur toute la chaîne de la avaleur avec des positions de leadership. Dans les technologies d’accès mobile TV, Envivio maîtrise l’encodage de solutions de convergence vidéo IP MPEG4 avec une position déjà enviable sur le marché américain. Retenu par Vodafone et SFR, Streamezzo s’affiche comme le leader des interfaces rich média pour la Mobile TV et les contenus. Dans ce même registre , Teamcast avec toute une gamme de démodulateurs DVB-H ; Astellia avec les applications d’analyse de qualité de service dans les réseaux, Enensys avec une chaîne compléte de diffusion DVB-H ont des offres attractives.

On pourrait continuer la liste avec Dibcom, UDcast, Expway, Streamwide, Netsize, agrégateur connu pour les SMS, qui passe à l’image et la vidéo. La vraie question qui se pose : ces gazelles sauront t-elles croître avec le marché sans céder aux appels des grands comme les deux grands ensembliers français Thomson et Alcatel Lucent qui, s’ils gardent comme atout Mobile TV , la puissance de frappe commerciale, sont obligés, pour rester dans le coup d’intégrer leurs solutions.

Au fils des stands, des tas de petites boîtes géniales?..

Qui connaît la start-up Opensugar de Grenoble et son moteur de recherche mobile abphone ?

Surfer sur internet avec son mobile reste aujourd’hui un cauchemar . Mais ça peut devenir populaire grâce à abphone précisément qui propose la solution ad hoc. En deux clics le mobinaute accède via abphone à la richesse du web dans ce qu’elle peut offrir de meilleur sur mobile : les contenus. Qu’il s’agisse de photos ou de vidéos, le moteur de recherche répond au doigt et à l’?il . Résultat l’audience est là, elle grimpe : le service est disponible dans le monde entier, en 7 langues et revendique plusieurs millions d’utilisateurs/mois. Et bien, Opensugar était à Barcelone à deux pas de Streammezzo et j’ai du mal à comprendre la différence des deux approches?…. les VC ne devraient pas trop tarder à se bousculer?.

Qui connaît Tikilabs ? le clavier à 6 touches qui s’avère la solution pour résoudre la question du clavier sur mobile. Son inventeur, un parisiens, enchaînait des fabricants de terminaux avec son partenaire, le prestigieux cabinet de design allemand Pilotfish qui y croit dur comme fer. Il espère convaincre un de ses clients asiatiques, à moins que ce soit Steve Job pour la prochaine version Iphone.

Il y aurait également beaucoup à dire des fournisseur de contenus pour mobile comme , Mobivillage, de Marseille et Mobibase de La Baule ou bien de VPOD TV de notre célèbre net entrepreneur web 2.0 Rodrigo, qui passe du net à la vidéo sur mobile grâce à la techno Streamezzo ou bien du nouveau procédé de code barre à trois dimensions Redshift, développé par Alessandro Theillung, très utile la sécurité des transactions avec le mobile pour identifier tous ces contenus et les lire les télécharger et même les payer en toute sécurité.

(*) Pierre-Antoine Baubion, Directeur associé Pabvision


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur