SAP France signe un trimestre record, mais reste un mauvais élève sur le Cloud

CloudEditeurs de logicielsERPLogicielsProjets
Marc Genevois, SAP
2 37 Donnez votre avis

Le meilleur troisième trimestre de la filiale de SAP en France. Même si la progression des offres Cloud dans l’Hexagone est environ deux fois inférieure à la moyenne du groupe.

A l’image des résultats du groupe (dont le chiffre d’affaires trimestriel approche les 5 milliards d’euros, pour un bénéfice de 895 millions), SAP France enregistre un trimestre record. « Le meilleur troisième trimestre de l’histoire de la filiale », résume Marc Genevois, le directeur général qui a remplacé début octobre Henri van der Vaeren, parti chez VMware. Même si, in fine, le contenu n’est pas tout à fait aligné avec les priorités du groupe. Alors que le premier éditeur européen met l’emphase sur le Cloud (avec une progression de son chiffre d’affaires au Q3 de 116 % sur un an, certes boosté par les effets de change), la filiale hexagonale ‘se contente’ d’un 46 % de croissance sur ce segment. « L’adoption du Cloud s’effectue moins rapidement que dans les pays anglo-saxons, plaide Marc Genevois. Globalement, le Saas représente entre 15 et 20 % du marché du logiciel en France et SAP est aligné avec cet état des lieux. Même si la France n’est pas forcément le meilleur élève de la classe sur le Cloud au sein du groupe SAP, nous enregistrons une performance solide, au-delà des attentes sur la gestion des ressources humaines et celle de l’engagement client. »

Car, dans l’Hexagone, la bonne performance globale de la filiale provient aussi… des déploiements traditionnels. Au troisième trimestre, les ventes de licences sur site progressent ainsi de 15 % sur un an. Marc Genevois explique notamment que la gestion de la chaîne logistique étendue génère de nouveaux projets et sert d’aiguillon à des projets de transformation plus globaux. SAP France affirme avoir signé un grand projet de ce type au cours des 3 derniers mois avec un groupe de l’agro-alimentaire. Marc Genevois assure également que les nouvelles offres de SAP lui ont permis de conquérir 84 nouveaux clients en France au cours de la période. « Et tous les nouveaux clients sur l’ERP ont fait le choix de Hana comme base de données », affirme le nouveau directeur général.

S/4 Hana : Vinci Energies est parti

Plus récent, S/4 Hana, la nouvelle génération d’ERP réécrite pour la base de données In-Memory (pour l’instant seul le module financier, Simple Finance, est disponible), ne génère pas encore un chiffre d’affaires conséquent pour la filiale. Même si son directeur général affirme que quelques dizaines de clients ont déjà signé des contrats portant sur cette refonte des applications de SAP (ils sont 1 300 dans le monde dans ce cas). Vinci Energies serait le plus avancé en la matière, son projet visant à remplacer un ERP Oracle exploité par une centaine de filiales d’ici à la fin de l’année.

A la tête de la filiale depuis moins d’un mois, Marc Genevois se dit confiant pour le quatrième trimestre, le plus important de l’année. « Nos clients existant migrent vers Hana et étendent le périmètre des fonctions qu’ils nous confient. Par ailleurs, les solutions autour de l’engagement client, de la chaîne logistique ou des RH nous offrent de bonnes perspectives », dit-il. Le dirigeant prévoit aussi de renforcer le développement en France de Hana Enterprise Cloud (offre de transition vers le Cloud) et de Hana Cloud Platform (développement sur le Cloud). « Nous avons lancé des initiatives en la matière, assure le directeur général. Ce sera un relai de croissance pour 2016. »

A lire aussi :

Audits et accès indirects : explication de texte entre SAP et ses utilisateurs
Marc Genevois, SAP : « notre croissance ne vient pas des audits de licences ! »
Pour muscler SuccessFactors, SAP rachète le Français Multiposting


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur