ERPRégulations

SAP France : vous avez dit « crise » ? Et 2013 ?

Henri van der Vaeren, SAP France
2 0 Donnez votre avis

SAP France se félicite de ses bons chiffres 2012, malgré un 1er semestre qui fut laborieux. Explications de Henri Van der Vaeren, DG France.

SAP a présenté des chiffres plutôt réconfortants pour son 4e trimestre 2012 et, du coup, pour son année fiscale (cf. notre article ‘SAP, chiffre d’affaires en hausse de 14%‘).

Le chiffre d’affaires global de 2012 constitue un record dans l’histoire de la société. Pour rappel, il s’établit à 16,22 milliards d’euros (format IFRS) en progression, +14%, par rapport à 2011. Certes, ce chiffre inclut de la croissance externe, ce qui se traduit aussi par une hausse des effectifs de +16% à 64.422 salariés. Le géant du logiciel reste néanmoins très profitable. Le résultat (net, après impôt) ressort à 2,826 milliards (contre 3,439 milliards en 2011).

La nouvelle direction bicéphale installée depuis 3 ans, le développement de la technologie in-memory (HANA) et une série d’acquisitions stratégiques dans la mobilité, le cloud et le big data (Sybase, Success Factors, Syclo et Ariba notammment) ont apporté un nouveau souffle. SAP réussit sa diversification hors de l’ERP.

SAP France a bien fini 2012

SAP France se réjouit pour ses bons chiffres – lesquels ne sont plus communiqués à la presse.  Lors d’une conférence de presse, ce 29 janvier, son DG, Henri Van der Vaeren, a parlé d’« excellents résultats, même si cela n’a pas toujours été facile » – évoquant ainsi un premier semestre décevant.

« Nous avons insufflé de l’énergie positive où il le fallait pour mieux entendre les besoins de nos clients et mieux comprendre ce qui leur apporte de la valeur », explique le patron France. La filiale se félicite d’enregistrer une croissance de +9% de son chiffre d’affaires en 2012.

L’activité Software a le plus progressé, à +21%, grâce aux « chiffres fantastiques » des 3e et 4e trimestres. L’activité Services, avec un chiffre d’affaires étale (qui serait d’environ 600 keuros), est « repositionnée » : outre la consultance et la formation, SAP France veut privilégier la formation de ses partenaires. Une autre orientation vise à développer le rôle d’« assureur qualité, en appliquant les bonnes pratiques », comment le DG France.

Par ailleurs, Henri Van der Vaeren relève que le nombre de partenaires réguliers s’est fortement accru ces dernières années : « Leur nombre a été multiplié par deux en deux ans pour dépasser la centaine aujourd’hui. »

Autre indice significatif: en 2012, les ventes indirectes auprès des PME ont crû de 32% sur l’année 2012 (par rapport 2011). Et pas question de s’arrêter en si bon chemin : un nouveau programme de certification des partenaires est en préparation (cf. encadré ci-après).

Contrat record et nouveaux clients

En 2012, SAP France a signé le plus gros contrat de toute son histoire, mais pas de précisions… Et son portefeuille de nouveaux clients a enregistré un bond de +26%.

Des équipes dites BTS (Business transformation service) sont capables d’apporter, en 10 à 20 jours, une amélioration très significative aux processus business. « En proposant également de raccourcir le ROI, nous créons une nouvelle relation avec les clients », explique la direction.

L’offre business analytics (EPM, BI et GRC) a enregistré une forte croissance en 2012 en France : +60% sur l’année et +92% sur le 4e trimestre (par rapport à 2011, même période). « Nous prévoyons que cette très forte croissance puisse se conforter en 2013 », estime la direction.

2013 : pousser les bonnes pratiques et l’innovation

Pour l’année 2013, l’état-major de SAP France se concentre sur deux orientations :

  1. Recenser là où sont les meilleures pratiques : « Il s’agit d’accélérer l’efficience opérationnelle, constituer des benchmarks (nous avons une base comptant 20.000 entreprises). Avec nos ‘value engineers’, nous travaillons à convaincre les responsables métiers, en alignement avec la DSI. »
  2. Contribuer à l’innovation autour du cloud computing, de la mobilité et des technologies comme HANA. « Nous proposons du ‘design thinking’ dans des ateliers de réflexion pour anticiper des scénarios et élaborer des solutions. Comme par exemple, dans la distribution, le lancement d’offres promotionnelles contextualisées, en fonction des achats du client, alors qu’il est encore dans le magasin. »

Enfin, SAP France se réjouit de pouvoir mentionner toute une série de nouveaux projets ou extensions de projets, ainsi qu’une liste enviable de nouveaux clients. Une bonne partie des nouveaux projets intègre le déploiement de la technologie ‘in-memory’ HANA (cf. notre article par ailleurs, sur SiliconDSI).
___________________

Un nouveau programme de certification

Henri Van der Vaeren a annoncé la mise en œuvre courant 2013 d’un nouveau programme de certification des partenaires en France. L’un des objectifs de ce programme est de « favoriser et motiver encore plus les partenaires qui investissent avec [SAP] pour accroître leur expertise dans l’offre ».

Les partenaires seront répertoriés selon une liste de critères, qui sera fixée en concertation avec eux (lire par ailleurs, sur ChannelBiz.fr : ‘SAP France, nouveau programme‘. Le nouveau programme de certification s’inspirera, pour partie, de celui en vigueur en Allemagne.

Il s’agit d’augmenter fortement les ventes en indirect. SAP confirme qu’il vient de relever le seuil du CA des entreprises avec lesquelles l’éditeur s’engage à ne pas travailler en direct : ce seuil a été relevé de 300 à 500 millions d’euros. Globalement, les ventes aux PME (entreprises de moins de 300 millions de chiffre d’affaires) ont augmenté de 40%.


Voir aussi notre Quiz : Le vocabulaire du cloud