SAS 6.5 d’Opsware gère le cycle de vie des serveurs physiques et virtuels

Régulations
0 0 Donnez votre avis

L’éditeur américain propose Opsware System 6, une suite intégrée
d’automatisation complète du centre de données

« En 2006, les entreprises ont dépensé 120 milliards de dollars pour assurer la maintenance de 27 millions de serveurs. Or, on constate la poursuite, voire l’augmentation, de l’investissement sur les serveurs. Il faut donc s’attendre à une explosion de ces coûts, » explique Tim Howes, directeur technique d’Opsware, spécialiste de l’automatisation des traitements.

Une suite intégrée pour l’automatisation du centre de données

L’éditeur américain propose Opsware System 6, une suite intégrée d’automatisation complète du centre de données permettant de gérer le cycle de vie des ressources serveurs, réseaux, stockage et application : Visual Application Manager (cartographie serveurs, logiciels, réseau et stockage), Server Automation System (environnements informatiques étendus), Network Automation System (gestion proactive des changements et de la configuration du réseau), The Opsware Network (mises à jour continues des alertes de sécurité et des politiques de conformité), Asset Management System (visibilité complète de vos actifs matériels et logiciels), Application Storage Automation System (découverte, audit et reporting sur le stockage).

Toutes ces solutions reposent sur la base de données de gestion opérationnelle Opsware OMDB. Enfin, la solution de workflow Process Automation System complète l’ensemble et peut coordonner les diverses automatisations. « Cette unité et cette coordination et la possibilité d’étendre la plate-forme sur toute l’entreprise et ses filiales éloignées incarnent une des forces de notre produit. En effet, les solutions d’éditeurs comme IBM ou HP peuvent s’installer dans chaque datacenter, tandis qu’Opsware peut être installé sur un site et intégrer (ou non) tous les autres comme une entité unique et globale, » souligne Tim Howes.

Une nouvelle brique pour serveurs physiques et virtuels

Opsware lance Server Automation System 6.5 (SAS 6.5), mise à jour majeure du logiciel d’automatisation de la gestion du cycle de vie des serveurs physiques et virtuels du réseau de l’entreprise.

Outre l’automatisation des tâches récurrentes (dimensionnement de serveur, mise en conformité, mises à jour, configuration d’application), le logiciel prend en compte et assure le respect des contraintes réglementaires. « SAS 6.5 permet à un administrateur unique de réaliser toutes ces tâches. Nombre de nos clients ont ainsi réduit leurs frais d’exploitation et amélioré leurs performances jusqu’à 90 % par tâche, » affirme Tim Howes.

L’automatisation permet aussi de simplifier le suivi et la maintenance d’environnements réseau toujours plus hétérogènes. De plus, les progrès de la virtualisation de serveurs favorisent une explosion du nombre d’environnements. C’est pourquoi SAS 6.5 prend en charge les environnements de serveurs Windows, Linux, autant physiques que virtuels, afin de gérer tout le cycle de vie de ces plateformes.

Une coordination avancée avec Windows et RedHat

La solution s’intègre au niveau système le plus bas avec Microsoft Windows PowerShell, le contrôleur en mode ligne de commandes, améliorant ainsi productivité de l’administrateur. SAS 6.5 gère non seulement les objets COM+/DLL et les métabases, mais aussi l’environnement Windows Preinstallation Environment (WinPE). Autre nouveauté : la solution prend en charge la création d’exceptions aux règles de contrôle, et les règles individuelles peuvent être sélectionnées par contrôle ou par serveur. De même, ces règles peuvent intégrer une date d’expiration et être exclues, par exemple, des contrôles de conformité.

La nouvelle prise en compte des serveurs sous RedHat Enterprise Linux 5.0, s’étend jusqu’à l’intégration avec le réseau RedHat Network chargé de maintenir à jour les systèmes. De plus, Opsware ajoute d’autres fonctions comme l’analyse de dépendance complète lors des mises à jour en résolvant toute dépendance, afin de favoriser une bonne gestion des corrections.

Un virtuel plus automatisé et mieux maîtrisé

Afin de gérer et de suivre le cycle de vie des serveurs virtualisés, Opsware a lancé début 2007 Virtualization Director pour les environnements virtuels VMware et Solaris 10.

« SAS 6.5.apporte la mise en correspondance de la dépendance des découvertes et des applications pour systèmes virtuels et en ajoutant l’automatisation du déroulement des opérations et des processus. Ces nouvelles capacités sont validées par l’intégration de Visual Application Manager et de Process Automation System d’Opsware, » explique l’éditeur.

Jusqu’à présent, Opsaware gérait ponctuellement la création et le suivi des environnements virtuels. Avec SAS 6.5, l’éditeur souhaite répondre au besoin d’automatisation de ces serveurs virtuels, en intégrant des processus automatisés et contrôlables pour les gérer, afin de respecter également la conformité aux normes de l’entreprise.

Faciliter la normalisation de type ITIL

Grâce à l’intégration avec le système d’automatisation des processus d’Opsware, SAS 6.5 contribue au déploiement de la normalisation basée sur les meilleures pratiques, de type ITIL ou autres. Ainsi, l’automatisation du flux de travail (workflow) prête à l’emploi pour les processus de gestion d’incident ITIL, de problèmes, de changement et de versions, fluidifie les échanges et la coordination entre des groupes et des environnements hétéroclites et hétérogènes. « Le déploiement d’ITIL peut absolument se déployer manuellement dans une entreprise, car il s’agit uniquement d ?un ensemble de règles. C’est pourquoi il importe d’automatiser les processus et de coordonner les efforts en assurant le respect des règles de manière homogène et contrôlée,»souligne Tim Howes.

Enfin, l’éditeur clame que « SAS 6.5 permet d’aider à réduire le temps d’attente des opérations des centres de traitement de l’information à zéro pour concevoir un ?centre de traitement de l’information sans aucun temps d’attente?. »Une promesse plus qu’exagérée lorsqu’on sait combien le poids de l’existant reste problématique et complexe à faire évoluer. Néanmoins, difficile de reprocher à un éditeur de dessiner un avenir radieux?

Les solutions Opsawre sont vendues sous la forme suivante : le module de base Opsware Core par centre de données, auquel il faut ajouter un prix par agent installé sur une ressource physique ou virtuelle.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur