Le SD-WAN adopté par 98% des entreprises dans deux ans

CloudDSIGestion des réseauxProjetsRéseaux
1 37 Donnez votre avis

Selon une étude IDG Connect, le SD-WAN va devenir incontournable pour les entreprises. Autant pour des questions de coûts que de performances.

L’adoption du SD-WAN accélère, selon une étude commandée par Silver Peak, spécialiste du sujet, à IDG Connect. Déjà, 27% des entreprises de tailles moyennes et grandes ont adopté le Software-Defined Wide Area Networks aujourd’hui. Mais 65% de celles qui n’en sont pas équipées prévoieraient d’y basculer une partie de leur réseau dans les 12 mois à venir et 6% dans les 24 mois. Seules 2% n’affichent aucune intention en la matière. Des rebelles ?

Le cabinet d’études s’est appuyé sur les réponses de 160 entreprises. IDG Connect ne précise cependant pas sur quel périmètre géographique il a effectué son étude, ni le profil des organisations contactées. Il est fort probable que l’enquête se limite donc au seul marché américain. Ses conclusions n’en reste pas moins symptomatiques de la tendance qui, pour les entreprises, consiste à trouver des alternatives plus souples et plus économiques aux traditionnelles liaisons MPLS pour connecter leurs filiales et bureaux à leurs sièges sociaux et au Cloud, en haut débit qui plus est.

Les coûts, premier facteur de frustration

Pour 38% des sondés, ce sont les coûts opérationnels du MPLS qui les incitent à se pencher sur le SD-WAN. 14% regrettent l’absence de connexions directes aux applications Saas, 13% le manque de fiabilité des performances des réseaux privés et autant la complexité à les configurer. Enfin, 11% considèrent que le provisionnement des succursales prend trop de temps et que leurs besoins en infrastructures sont trop élevés. Il est clair que connecter un bureau en quelques jours, voire quelques heures dans les zones urbanisées, avec des liaisons haut débit Internet, contre plusieurs semaines, ou plusieurs mois, via des liens privés MPLS, offre quelques avantages pour le développement de l’activité et la conquête de nouvelles régions. C’est en tout cas le constat que semblent dresser 81% des entreprises interrogées, qui pensent que 75% à 100% de leur connectivité s’appuiera sur des liaisons IP haut débit d’ici deux ans.

II n’en subsiste pas moins quelques freins avant de basculer le trafic stratégique de l’entreprise sur Internet. A commencer par la sécurité. 68% des répondants se disent concernés par les risques de sécurité induits par l’usage du réseau mondial. Et 53% s’inquiètent de sa fiabilité. Ajoutons que 34% des répondants sont toujours liés à leurs contrats MPLS. Ce qui les empêche d’adopter une technologie réseau alternative. Mais avec l’intégration du chiffrement IPsec de part et d’autre du réseau, le déploiement de firewall et le support de la translation d’adresses (NAT), la sécurité est aujourd’hui bien gérée. Quant aux risques de performance, l’entreprise a en effet intérêt à vérifier que la solution SD-WAN adoptée offre la même fiabilité qu’une ligne (ou deux) MPLS. Ce qui passera par le prestataire réseau puisque 83% des entreprises sondées sont prêtes à externaliser la gestion du sujet à un fournisseur de services managés. Elles auront néanmoins tout intérêt à bien lire les contrats, notamment les articles se rapportant aux niveaux et qualité de services.

Le MPLS appelé à durer

Autant d’arguments qui, à l’expiration des contrats des opérateurs MPLS, pousseraient les entreprises à se précipiter vers les offres de virtualisation du réseau. D’autant que le taux d’entreprises ayant plus de 50% de leurs applications dans le Cloud passera de 70% à 96% au cours des 24 prochains mois, toujours selon la même étude. Autant dire que les liaisons haut débit simples à gérer apparaissent comme un prérequis.

sd-wan services cloud

Pour autant, le MPLS ne devrait pas disparaître. IDG Connect évoque un scénario où l’entreprise pourrait restreindre l’usage du MPLS aux seuls trafics voix et vidéo et déployer les autres services applicatifs sur des liens VPN Internet. Dans ce cadre, le SD-WAN pourrait leur apporter un moyen de gérer dynamiquement leur trafic sur l’un ou l’autre des supports de communication. Ce qui pourrait intéresser les 38% des firmes qui déclarent aujourd’hui utiliser des liaisons MPLS et haut débit, et les 25% qui complètent leurs liens MPLS par des abonnements LTE (4G). Environ 15% des organisations appuient leurs communications exclusivement sur deux liens MPLS et presque autant (14%) ont choisi le même schéma mais sur Internet. Seules 8% déclarent n’avoir qu’un seul mode de connexion pour relier leurs succursales. Risqué.


Lire également

Pierre Langlois, Silver Peak : «Le SD-WAN remplace le MPLS»
Le SD-WAN, menace ou opportunité pour le MPLS ?
Explosion en vue pour le marché du SD-WAN

crédit photo © Wright Studio – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur