Seagate : plainte des salariés suite à un phishing

DSIJuridiquePolitique de sécuritéProjetsRégulationsSécurité
2 40 Donnez votre avis

Des salariés accusent Seagate de négligences suite au piratage de leurs données fiscales. Le constructeur conteste ces allégations.

Seagate est sous le coup d’une plainte déposée par les salariés dont certaines données personnelles ont été perdues lors d’une attaque de phishing. La justice s’est penchée sur la validité de cette plainte. Les employés pointent la négligence de Seagate après qu’une personne des ressources humaines a remis des formulaires fiscaux (de type W-2) des salariés à des pirates.

Dans la plainte déposée en juillet devant le tribunal du District de Californie du Nord, on apprend que les salariés accusent Seagate de négligence et de pratiques commerciales déloyales suite à l’incident du 1er mars 2016. L’attaque via phishing a visé les informations fiscales de l’ensemble des employés, ainsi que leur famille et les bénéficiaires inscrits dans les formulaires fiscaux.

Des données déjà exploitées

Toujours selon le document judiciaire, les cybercriminels ont déjà commencé à utiliser les informations dérobées. Les avocats des salariés réclament que Seagate paye des dommages et intérêts à l’ensemble des employés, mais aussi à ceux qui sont inscrits sur les formulaires fiscaux. « Personne ne peut savoir ce que les cybercriminels vont faire avec les informations personnelles des employés et des victimes tierces. Néanmoins, les salariés et les victimes tierces sont aujourd’hui et pour le reste de leur vie, sous la coupe d’une usurpation d’identité. » Et de citer que « de nombreux salariés et tiers ont été obligés d’engager des dépenses pour rectifier des déclarations de revenus frauduleuses et de s’adjoindre les services de protection de leur identité et de leur crédit ».

Seagate conteste ces affirmations et demande à ce que la plainte soit classée. Le spécialiste du stockage a déposé une motion dans ce sens en soulignant qu’il ne pouvait pas être tenu responsable de l’attaque par phishing. Il reste maintenant à savoir si cette motion va être acceptée par le tribunal. En cas de refus, la plainte suivra son cours vers un procès.

A lire aussi :

6500 collaborateurs de Seagate sur le départ

Un SSD Seagate flashé à 10 Go/s !

crédit photo © mtkang – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur