Sécurité : Le smartphone Android de Trump inquiète les experts

MobilitéOS mobilesPolitique de sécuritéSécuritéSmartphones
3 46 Donnez votre avis

Les spécialistes de la sécurité s’inquiètent de la présence trop importante de Donald Trump sur les réseaux sociaux et de son smartphone Android.

La forte présence sur les réseaux sociaux de Donald Trump, élément important pendant la campagne présidentielle, peut se révéler à travers son élection un problème de sécurité. En effet, cette présence donne quelques informations sur le terminal utilisé et peut être un vecteur d’attaques.

En premier lieu, l’activité sur les médias sociaux doit être contrôlée, car elle peut conduire des cybercriminels à viser le nouveau président en lui envoyant des liens ou des fichiers malveillants. En second lieu, les experts en sécurité ont déterminé en analysant les messages sur les réseaux sociaux que Donald Trump utilisait un smartphone Android. Ce dernier peut être « piraté » de multiples façons. Les récentes affaires sur les backdoors installés par des sociétés chinoises démontrent que la mise en place d’un malware n’est pas l’unique moyen de contrôler un smartphone à distance. Quant aux vulnérabilités, les noms de Stagefright, TowerRoot, Quadrooter, Rowhammer, donnent des sueurs froides à Android.

Un Galaxy S4 ultra-sécurisé en cadeau d’arrivée

Les services de la sécurité de la présidence des Etats-Unis vont tenter, comme avec Barack Obama, de changer les habitudes de Donald Trump. Celui-ci a déjà fait savoir qu’il voulait continuer à utiliser son téléphone personnel. Impossible pour les experts en sécurité, « le président Obama a reçu un téléphone modifié pour son usage personnel avec quelques contraintes et limitations, je pense que cela sera la même chose avec le président élu et que son activité Twitter sera gérée par quelqu’un », explique Martin Alderson, co-fondateur de Codified Security interrogé par le Telegraph.

A son arrivée à la Maison Blanche, Barack Obama fervent utilisateur de BlackBerry avait dû se plier aux exigences de sécurité et accepter un téléphone ultra-sécurisé. Tellement sécurisé que lors d’une émission de télévision, le président avait résumé son utilité à un jouet pour enfant. Sans mentionner la marque et le modèle, le seul terminal validé par la Defense Information Systems Agency (DISA) est le Samsung Galaxy S4. Ce smartphone est conforme au programme DMCC-S (DOD Mobility Classified Capability-Secret). Il est probable que ce Galaxy S4 échoit maintenant à Donald Trump à son arrivée à la Maison Blanche. Adieu alors selfies et applications téléchargées comme Twitter ou Facebook…

A lire aussi :

Trump va-t-il sabrer les visas de travail de la tech américaine ?

Deux supercalculateurs exaflopiques aux Etats-Unis dès 2023… sauf si Trump s’en mêle


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur