Serveurs : pour son Cloud, Microsoft boude HPE

CloudDatacentersIAASServeurs
3 40 Donnez votre avis

Selon la presse américaine, c’est la décision de Microsoft de se détourner des serveurs HPE pour son Cloud qui explique le trou d’air vécu par le constructeur sur ce marché.

Selon Bloomberg, le coup de mou que connaît HPE sur le marché des serveurs serait dû à… Microsoft. Le premier éditeur mondial, qui est aussi le challenger d’Amazon dans le Iaas et le leader du Saas (grâce à Office 365), aurait en effet décidé de réduire ses achats auprès du constructeur californien. Selon les sources anonymes interrogées par nos confrères, Redmond ferait pression sur HPE pour obtenir des prix plus bas, afin d’optimiser les coûts de déploiement de son Cloud à l’échelle mondiale.

Si les deux entreprises se sont refusées à tout commentaire officiel, Meg Whitman, la Pdg de HPE, avait expliqué que les récents résultats trimestriels décevants de sa firme – qui se sont traduit par un profit warning – provenaient pour partie d’une « demande revue significativement à la baisse » de la part d’un fournisseur de service de rang 1, dont le nom n’avait alors pas été rendu public. Au cours de son dernier trimestre fiscal, les ventes de serveurs du constructeur ont reculé de 12 % en un an. Stockage et réseau ont également bu le bouillon. Au final, HPE vient d’aligner trois trimestres consécutifs de décroissance de son chiffre d’affaires.

Les grands du Cloud tirent les prix vers le bas

La mésaventure de HPE illustre aussi le poids grandissant des acteurs du Cloud sur le marché des serveurs dans son ensemble. Comme le souligne d’ailleurs le cabinet Gartner dans sa dernière étude sur ce secteur. Sur l’année 2016, le nombre de serveurs vendus est stable par rapport à 2015 (+ 0,1 %), mais le chiffre d’affaires généré par ce marché s’affiche lui en recul de 2,7 %. En cause, la tendance des entreprises à migrer vers le x86, le poids de la virtualisation (qui modère les achats de serveurs), mais aussi la tendance déflationniste amenée par les géants du Cloud, dont les achats en masse tirent les prix vers le bas.

Gartner Q4_16 serveursAu passage, le cabinet d’études confirme le trou d’air vécu par HPE en fin d’année dernière. Si le Californien reste le leader incontesté du marché des serveurs au quatrième trimestre 2016 (avec 22,9 % de parts de marché, 5,5 points devant Dell), il enregistre une décroissance de 11 % en un an. Le passage à vide de HPE, mais aussi celui d’IBM, n°3 sur ce marché qui dévisse de 12 % sur un an, profite avant tout à Huawei, dont les ventes progressent de 88 % en un an. Au cours du dernier trimestre de 2016, le Chinois a vendu pour plus de 1,2 Md$ de serveurs dans le monde, encore loin du trio américain de tête (HPE, Dell et IBM). Mais l’asiatique est en train de combler son retard à vitesse grand V.

A lire aussi :

Résultats : HPE déçoit, Meg Whitman sous pression

Simplivity-HPE : les grandes manœuvres dans l’hyperconvergence ont débuté

Cloud : comment Microsoft repense l’architecture de ses datacenters Azure

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur