Orange accélère sur l’Internet des objets et la prochaine Livebox

M2MOperateursRéseaux
2 15 2 commentaires

Orange insiste sur l’aspect 100% fibre de sa nouvelle Livebox. Et entend accélérer son écosystème dans l’Internet des objets.

Les objets connectés « qui se transforment en assistants numériques » constituaient, avec la nouvelle LiveBox, l’essentiel du contenu de la présentation de Stéphane Richard dans le cadre du 4e show Hello d’Orange qui se tenait cette année au Carrousel du Louvre dans une mise en scène toujours plus visuelle et sonore. Si le PDG d’Orange a évoqué, à titre d’exemple, le guidage vers les places de stationnement disponibles ou encore la géolocalisation des marchandises et outils pour optimiser la logistique des entreprises ou la maintenance des engins (comme le propose les grues connectées de Manitowoc en partenariat avec l’opérateur), Stéphane Richard s’est concentré sur l’annonce de solutions à usages personnels essentiellement et conçues avec des partenaires.

Des partenariats qui s’inscrivent dans l’écosystème impulsé par Datavenue. Présentée au précédent Show Hello, la plateforme agrège les données des objets connectés des entreprises pour permettre à ces dernières de développer de nouveaux usages et services autour des dits objets. Dans les mois prochains, Orange proposera ainsi un boîtier connecté au service de téléassistance d’Harmonie Mutuelle en direction des personnes isolées, des capteurs de santé de Visiomed (tensiomètre, température, pouls…) pour le suivi médical à distance, du maintien à domicile avec la surveillance à distance des seniors de Telegraphik, la vidéosurveillance d’habitation avec Axa, un suivi de la consommation énergétique pour E-Equilibre d’EDF, un suivi post cure avec un bracelet connecté pour l’application Thalasso Serge Blanco ou encore, à partir de 2017, Foodle, une solution qui propose des recettes culinaires personnalisées dans un univers de cuisine connectée aux appareils SEB. Autant d’objets dont les usages viendront alimenter Datavenue.

Un déploiement collaboratif

La lampe Lora d'Orange, un relais résidentiel pour le réseau bas débit dédié à l'Internet des objets.
La lampe Lora d’Orange, un relais résidentiel pour le réseau bas débit dédié à l’Internet des objets.

En parallèle des offres d’objets connectés à usage principalement résidentiel, Orange veut accélérer le déploiement de son réseau Lora dédié, lui, aux objets qui nécessitent peu de bande passante mais dont le grand nombre impose un coût d’exploitation très bas et une durée de vie de plusieurs années, plutôt à l’intention des usages professionnels, donc. Et sans réseau adéquat, pas d’objets. Annoncé en septembre 2015, le réseau Lora d’Orange vise la couverture nationale pour la fin de l’année (et 17 grandes agglomérations en milieu d’années).

Ce qui n’empêche pas l’opérateur de vouloir densifier le réseau pour assurer une meilleure capacité d’accès. « Nous allons étendre la couverture du réseau Lora aux domiciles et aux entreprises, jusque dans les sous-sols », a annoncé Stéphane Richard. Comment ? En invitant les utilisateurs à brancher une « lampe Lora », un capteur émetteur qui servira de relais à l’infrastructure de base. Cette lampe point d’accès, dont le mode d’activation (qu’on suppose simple) restera à préciser, sera proposée dans un premier temps à 5 000 salariés d’Orange. « Pour la première fois, le déploiement est collaboratif », commente Stéphane Richard. Un concept qui n’est pas sans faire penser au PicoWAN proposé par Henri Crohas, le fondateur d’Archos. L’éclairage en moins.

A sa manière, la Livebox est aussi un objet connecté. Mais à très grande vitesse. C’est le message essentiel qu’a voulu faire passer le dirigeant d’Orange pour mettre en avant « le plus grand réseau fibre en France ». Une façon de se distinguer du « réseau très haut débit mais pas fibre de bout en bout » du concurrent SFR (Numericable-SFR) dont le nombre de prises déployées, près de 7 millions (à plus de 100 Mbit/s), dépasse allègrement les 4,5 millions de clients éligibles d’Orange. L’opérateur revendique 1 million de foyers connectés à son offre FTTH (fibre à domicile).

La Livebox fibre et ultra haute définition

Pour illustrer son attachement à cette fibre de bout en bout, « particulièrement différenciante sur le débit remontant, ce qui est utile pour tous les usages du Cloud », la prochaine Livebox se distingue de la précédente par sa capacité en intégrant le connecteur optique (OLT). Ce qui simplifiera l’installation du boîtier. L’innovation se poursuit avec un Wifi 802.11n (2,4 et 5 GHz) MIMO (4 antennes en émission et 4 en réception) qui permettrait d’atteindre une bande passante locale de 1,9 Gbit/s. De quoi pouvoir connecter jusqu’à 10 terminaux simultanément et assurer une liaison sans fil de qualité entre la box et le décodeur télévision (avec, néanmoins, toujours les risques de perturbation des ondes).

Une Livebox 100% fibre dotée de 1 To de stockage.
Une Livebox 100% fibre dotée de 1 To de stockage.

Il faudra bien ça pour alimenter un décodeur désormais compatible avec les programmes 4K, ou ultra haut définition (UHD à 3 840 × 2 160 pixels pour 60 images/secondes), qui s’enrichissent sur les offres OCS Max, Netflix (300 contenus UHD), Canal+ (match de ligue 1 et la chaine Ultra Nature) ou encore 8 rencontres de l’Euro 2016 dont Orange est partenaire. Une qualité d’image qui permettra de distinguer « le brin d’herbe sur la pelouse du match, la pupille du lion dans un documentaire animalier », selon Stéphane Richard. Enfin, cette Livebox « 100% fibre », mais toujours compatible ADSL, s’enrichit également d’un disque dur de 1 To qui pourra être partagé par 10 comptes utilisateurs, et un espace commun.

D’autres services, comme le pilotage à la commande vocale (depuis un smartphone, tablette ou l’Apple Watch), le partage d’extraits de contenus, l’accès à des informations sur les comédiens par reconnaissance faciale pendant le visionnage d’un film ou encore l’usage d’un casque de réalité virtuelle pour regarder des contenus sur OCS (OCS VR) complèteront les usages de la nouvelle Livebox. Laquelle sera lancée avant l’été prochain. A des tarifs non précisés ce jour.


Lire également
MWC 2016 : Orange tire tous azimuts IoT, VoLTE, SDN, 5G…
Orange Essentiels 2020 : un plan à 15 milliards d’euros dans le réseau
Orange se prépare à l’IoT sans attendre la 5G


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur