Sigfox s’attaque au continent africain

M2MMobilitéOperateursRéseaux
2 25 Donnez votre avis

Sigfox annonce investir la zone Afrique-Moyen Orient pour déployer son réseau dédié à l’Internet des objets. Mais aucun partenaire n’est présenté.

Sigfox enchaine à très haut débit les initiatives pour déployer son réseau à basse consommation à l’international. Après l’Europe et les Etats-Unis, l’opérateur de réseau dédié aux objets connectés s’attaque au Sud de la planète. Il vient d’annoncer son expansion en Afrique et au Moyen-Orient (MEA).

Sigfox entend particulièrement couvrir des villes des Emirats Arabes Unis, d’Arabie Saoudite et d’Afrique du Sud. Pour l’heure, l’entreprise n’a pas précisé si elle passera des partenariats avec des opérateurs locaux, via son Sigfox Networks, ou si, à l’instar de la France, elle déploiera en propre ses réseaux cellulaires sous technologie UNB (ultra narrow band) dans les bandes de fréquences libres. Nous avons posé la question à l’intéressé qui ne nous a pas répondu à l’heure de la rédaction de ces lignes. Sur son site, les territoires visés sont indiqués comme toujours en attente de partenaires.

Accélérer les déploiements

Les activités pour la région seront pilotées depuis Dubaï. Thierry Siminger, nouveau président de Sigfox MEA, en aura la responsabilité. Il apporte une expertise de 20 ans dans les télécoms. Précédemment président RMEA (Russie, Moyen-Orient, Afrique) d’Oberthur Technologies, c’est un spécialiste de la sécurité dans les solutions embarquées de paiement, de télécommunication et d’identité. « En Afrique et au Moyen-Orient, il y a un très fort besoin de solutions connectées dans les domaines de la sécurité, de la logistique, des smart city et de l’accès prépayé aux énergies », assure-t-il. Un besoin auquel Sigfox se fait fort de répondre.

Récemment, l’opérateur s’est distingué en annonçant ouvrir un bureau aux Etats-Unis puis en Italie. Avant l’Asie prochainement, la zone Afrique-Moyen Orient constitue donc une étape importante dans la stratégie de conquête de Sigfox. Laquelle consiste notamment à déployer le plus grand réseau IoT/M2M possible afin de connecter un maximum d’objets sous son protocole propriétaire face à un nombre grandissant d’acteurs qui, de Bouygues Telecom à Orange en passant par Sagemcom, Qowisio ou, plus récemment, PicoWAN (Archos), se tournent vers la technologie Lora. Ce qui joue en faveur de la standardisation du protocole de la Lora Alliance à terme. Sigfox revendique aujourd’hui 5 millions d’objets connectés dans une dizaine de pays. L’opérateur fondé par Ludovic Le Moan en vise une quinzaine d’ici à la fin de l’année.


Lire également
Sigfox connecte les objets aux satellites d’Eutelsat
Samsung parie sur le Français Sigfox dans l’Internet des objets
Ludovic Le Moan (SIGFOX) : L’Internet des Objets par la 2G

crédit photo © mindscanner – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur