La SNCF promet le WiFi dans tous les trains avant fin 2016

4GGestion des réseauxLegislationMobilitéOperateursProjetsRégulationsRéseauxWifi
22 55 Donnez votre avis

Guillaume Pépy, le président de la SNCF, promet d’équiper TGV, Transiliens, Intercités et TER en Wifi dans 18 mois.

Critiqué pour la pauvreté de son offre de connectivité dans les trains, la SNCF décidait fin 2014 de réagir, notamment après le tweet ravageur d’Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat au numérique. Récemment, le transporteur a annoncé sa volonté d’étendre l’accès WiFi sur les quai de 128 gares. D’ici 18 mois, ce sont tous les trains qui devraient en bénéficier.

Du WiFi gratuit

« Le WiFi, ou plutôt le train connecté, c’est pour fin 2016 pour les TER, les Transiliens, les Intercité et les TGV », a promis Guillaume Pépy au micro de BFM Business. Le président de la SNCF assure même que se service sera gratuit. « On avait démarré payant, mais ça ne marche pas, donc il faut faire du gratuit. » En revanche, le dirigeant ne précise pas le modèle économique derrière, notamment l’éventuelle présence de publicité. Pas plus qu’il ne s’engage sur la qualité des débits qui dépendra à la fois du nombre de voyageurs connectés et de la qualité du signal avec le réseau cellulaire.

Car la SNCF s’appuiera sur l’infrastructure mobile des opérateurs pour opérer son service de « train connecté ». « Nous avons signé un accord avec Orange et SFR pour faciliter l’installation de pylônes le long des voies et nous allons investir dans les train un système Wifi pour amplifier le signal », a détaillé Guillaume Pépy. Autrement dit, selon que les opérateurs équiperont leurs supports d’antenne 3G ou 4G, la qualité du signal pourrait s’en ressentir.

Une infrastructure qui profitera aux 700 MHz

L’élargissement de la connectivité dans les trains et les gares s’inscrit dans le plan SNCF.net présenté en février dernier. Le partenariat avec les opérateurs pour assurer la liaison Internet avec les trains en lieu et place de la solution satellitaire précédemment choisie figurait déjà au programme. Guillaume Pépy vient de le confirmer tout en arrêtant une date et en dévoilant les premières signatures.

L’infrastructure qui sera ainsi construite grâce aux facilités de la SNCF, devrait aussi jouer en faveur des futures bandes 700 MHz, probablement dévolues à la 5G. La couverture des axes ferroviaires, et routiers, s’imposera aux opérateurs dans le cadre des obligations liées aux futures attribuées en fin d’année. Sur ce terrain, en signant aujourd’hui avec le transporteur, Orange et SFR pourraient donc prendre de l’avance sur Free et Bouygues Telecom.


Lire également
Capgemini et la SNCF développent les applications pour smartwatches
La SNCF élargit son expérimentation de billets TER en NFC
Big Data Paris : la SNCF et ses drones autonomes récompensés


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur