SQL Server 2017 de Microsoft débarque sur Linux

Bases de donnéesData & StockageLogicielsOpen Source

Attendu cet été, SQL Server 2017 franchit une des dernières étapes avant sa commercialisation. La base de données de Microsoft sera à la fois disponible sur Windows Server et Linux.

Microsoft vient de rendre publique la version dite Release Candidate de SQL Server. Autrement dit, une mouture très proche de celle qui sera commercialisée dans le courant de l’été. Rappelons que cette version 2017 de la base de données de Redmond sera la première à fonctionner tant sur Windows Server que sur Linux. Pour amener sa technologie sur l’OS libre, Microsoft s’est servi des travaux de Microsoft Reseach autour de Drawbridge, une adaptation du concept de Library OS sur lequel l’éditeur américain travaille depuis 7 ans. Cette couche d’abstraction s’apparente à une forme de virtualisation applicative. Drawbridge a également joué un rôle dans le portage de l’interpréteur en ligne de commandes Bash, venu du monde Linux, sur Windows 10. 

Suivant sept versions préliminaires de SQL Server 2017 (les Community Technology Previews), cette mouture Release Candidate amène l’intégration de l’authentification Active Directory dans les environnements Linux, le support de TLS (Transport Layer Security) pour le chiffrement de données ainsi que de nouvelles fonctionnalités dans SQL Server Analysis Services. La mouture 2017 de la base de données de Redmond s’installe sur Red Hat Enterprise Linux, Ubuntu Linux, SUSE Linux Enterprise Server ainsi que sur les conteneurs Docker sur Linux, Windows et MacOS. En sus de Windows Server évidemment.

Trois records aux benchmarks TPC

En plus du portage sur Linux, cette version de SQL Server s’enrichit de diverses fonctions analytiques, en particulier la capacité à traiter les données en mode graphe, l’intégration de Python ou l’arrivée d’une technologie de requête dite adaptative. Il s’agit là d’un ensemble de fonctions visant à faire tourner les requêtes le plus efficacement possible sans que l’administrateur de bases de données n’ait à se plonger dans les réglages.

Sur le terrain des performances, Microsoft revendique d’ailleurs trois records mondiaux sur des outils de benchmark officiels de l’organisme TPC avec sa dernière version de SQL Server : celui du datawarehouse 1 To non clusterisé, celui du datawarehouse 10 To non clusterisé et enfin celui du TPC-E, censé simuler le fonctionnement d’une base de données de production d’une firme de courtage.

A lire aussi :

Support allongé pour Windows Server et SQL Server, mais facture salée

Base de données : MySQL et Microsoft SQL Server menacent Oracle database

SQL Server sur Linux sera aussi riche que la version Windows

Photo : sampos via Visualhunt / CC BY-NC-ND

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur