Télégrammes : SFR rappelé à l’ordre, Palantir lève 20 M$, John McAfee pas CSO d’Equibit, iPad en tête en Europe

Big DataBusiness IntelligenceData & StockageJuridiqueMobilitéOperateursRégulationsRéseauxSécuritéTablettes
0 5 2 commentaires

En attendant de choisir entre François et Alain ce dimanche, il est temps de lire les télégrammes du soir.

Restructuration : SFR doit revoir sa copie. SFR vient de subir un nouveau camouflet. A travers une ordonnance prononcée à la suite d’une requête de du comité centrale d’entreprise (CCE) de l’union économique et sociale (UES), le tribunal de grande instance (TGI) de Paris vient de rappeler à l’ordre l’opérateur. Il lui confirme ainsi que le délai d’information et de consultation a bien commencé le 27 septembre. Peu avant, la direction de SFR avait présenté un plan de réorganisation de l’entreprise dans le cadre de la restructuration qui doit mener au départ d’environ 5000 personnes d’ici la mi-2019. Le délai de consultation des partenaires sociaux est prolongé du 27 novembre au 27 janvier 2017 faute d’informations précises sur les futurs licenciements en question. Dans ce cadre, le TGI ordonne à SFR de communiquer « dans les meilleurs délais » au CEE et à l’UES, ainsi qu’au cabinet d’expert-comptable indépendant Sextant Expertise, «  un nouveau document préparatoire récapitulatif comportant explicitement l’ensemble des informations qualitatives et quantitatives utiles concernant les conséquences des orientations stratégiques nouvellement envisagées » dans le projet de restructuration. Bref, SFR est prié de revoir sa copie. Et vite.

Palantir lève 20 millions de dollars. Dans un document produit à la SEC, le spécialiste du traitement Big Data pour le renseignement annonce avoir levé le 8 novembre dernier 20 millions de dollars auprès d’un seul investisseur, non nommé. La date correspond à celle de l’élection présidentielle américaine. Un hasard ?  L’année dernière, Palantir avait séduit plusieurs investisseurs pour un tour de table de 880 millions de dollars, amenant la valorisation de la société à 20 milliards de dollars. Créée en 2004, l’entreprise, qui exploite l’intelligence artificielle couplée à l’expertise humaine pour le traitement de données, a été soutenue très en amont par In-Q-Tel, le fonds fédéral d’investissement derrière lequel on retrouve la CIA. En France, la DGSI s’intéresserait fortement à la technologie Palantir pour ses missions de lutte contre le terrorisme.

John McAfee, chef de la sécurité d’une start-up sur la blockchain ? La start-up Equibit, spécialisée dans la sécurisation de l’émission d’actions ainsi que dans la protection des cotations via la technologie Blockchain, a-t-elle voulu se faire un coup de com en indiquant avoir recruté l’iconoclaste de la sécurité informatique comme CSO. Le principal intéressé s’est en tout cas fendu d’un tweet pour remettre les pendules à l’heure. « Equibit a largement exagéré mon rôle. Je conseille une douzaine de sociétés ». Et McAfee de préciser dans un autre message : « je conseille les sociétés gratuitement, car je pense leur donner des directions sur les questions de sécurité. Equibit a voulu en tirer avantage. Ce n’est pas cool ». Il est probable que la coopération entre les deux s’arrête aussi vite qu’elle avait commencé. John McAfee est très demandé… Les Anonymous le soutiennent pour devenir conseiller sécurité de Donald Trump.

Tablettes : Apple repasse devant Samsung en Europe. Les malheurs des uns font le bonheur des autres. Difficile de savoir si la catastrophe industrielle du Galaxy Note7 a joué sur les ventes des tablettes Samsung en Europe. Toujours est-il que le constructeur coréen a vu ses ventes baisser de 20% au cours du troisième trimestre pour tomber à moins de 1,7 million d’unités. Dans le même temps, Apple a lui aussi vu les achats de ses iPad reculer, mais de seulement 8,6%, ce qui lui permet de frôler 1,8 million de ventes. Un moindre recul qui lui rend la tête du classement des ventes de tablettes en Europe, rapporte IDC. Une année auparavant, Samsung dominait d’une courte tête avec plus de 2,1 millions d’unités contre moins de 2 millions pour Cupertino. A noter que, au cours de ce troisième trimestre, Amazon a vu les ventes de ses Kindle Fire exploser de plus de 166%, tandis qu’Acer a également progressé de près de 58% d’une année sur l’autre. Lenovo s’est, lui, stabilisé. Mais ces acteurs restent encore loin des leaders, avec respectivement 151 000 (pour Amazon), 265 000 (Acer) et 620 000 (Lenovo) unités vendues.

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur