SSII : Open s’ouvre à la communication digitale avec la Nescouade

ProjetsSSII
1 0 1 commentaire

La société de services Open rachète la Netscouade, l’agence de communication digitale de Benoit Thieulin. Une acquisition qui s’inscrit dans la stratégie de diversification de la SSII.

Open, la société de services dirigée par Guy Mamou-Mani et Frédéric Sebag, met la main sur le Netscouade, l’agence de communication digitale fondée par Benoit Thieulin. Ce dernier, ex-président du Conseil national du numérique (entre 2013 et 2016), devient directeur de l’innovation de l’ESN (Entreprise de service numérique, nouvelle appellation des SSII) de 3 500 personnes. Une façon de « lui donner une audience plus large, tout en permettant à Open de s’enrichir d’une vision nouvelle », résume Frédéric Sebag, dans une vidéo postée sur YouTube.

Le montant de l’acquisition n’a pas été précisé. En 2015, l’agence de communication, qui emploie une quarantaine de personnes, a réalisé un chiffre d’affaires de 4,2 millions d’euros pour un bénéfice de 176 000 euros.

Une SSII qui lorgne vers le digital

Le rachat de la Netscouade s’inscrit dans le plan à horizon 2020 d’Open. Ce dernier mise sur la diversification des activités de la SSII, via une montée en puissance sur les métiers du digital. Objectif : amener le groupe à un chiffre d’affaire de 500 millions d’euros dans 4 ans. A comparer aux 282 millions réalisés l’an dernier. Pour ce faire, Guy Mamou-Mani et Frédéric Sebag ont prévu d’investir 90 millions d’euros, en partie dans des acquisitions. Récemment, Open a ainsi mis la main sur Lateos/Kynapse (e-Commerce/Big Data) et MCO Finance (éditeur d’une suite logicielle de crédit et de crowdfunding).

Fondée en 2007, la Netscouade est notamment connue pour sa participation à la création de Mediapart. Benoit Thieulin a fondé son agence après la défaite de Ségolène Royal à la présidentielle. L’entrepreneur avait notamment mis en place le site participatif Désirs d’avenir. Etiqueté à gauche, Benoit Thieulin a vu son image écornée en mai dernier, après la dénonciation des conditions de travail au sein de son entreprise par un collectif de salariés.

A lire aussi :

Top 10 des SSII : la chute d’IBM laisse le champ libre à Capgemini

Salaires des cadres : les trois profils les plus porteurs viennent de l’IT


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur