Télégrammes : Surface Pro 5 en mai ?, Google redressé en Italie, Salesforce s’habille en Dell EMC, 300 millions d’utilisateurs de Windows 10

CloudData & StockageDatacentersMobilitéOSPortablesPoste de travailRégulationsServeursStockageTablettes

Dans l’attente d’aller voter dimanche, n’oubliez pas de lire les télégrammes du soir.

Une Surface Pro 5 pour le 23 mai ? Microsoft pourrait enchainé la sortie de ses produits Surface. Après la présentation du Surface Laptop cette semaine, le géant de Redmond pourrait annoncer la Surface Pro 5 le 23 mai prochain à Shanghaï. C’est Panos Panay, responsable de la division Surface Computing, qui lève un coin du voile. Dans un tweet, il donne rendez-vous dans la mégapole chinoise pour un événement Microsoft lié aux Surface. Sortie en octobre dernier et en perte de vitesse, la Surface Pro 4 attend son successeur pour renouveler la gamme. A défaut de Surface Pro, l’éditeur de Windows pourrait aussi dévoiler son Surface Phone. L’année dernière, Redmond avait laissé entendre plusieurs produits dans ce sens pour 2016. Une nouvelle Surface Book pourrait également être de la partie. Ou rien de tout cela. Gageons que, à l’approche de l’événement, les rumeurs sur ce qui sera présenté à Shanghaï s’intensifieront.

Google règle son arriéré fiscal en Italie. Le fisc italien a annoncé la signature d’un accord avec Alphabet, la maison mère de Google prévoyant le paiement de 306 millions d’euros d’arriéré fiscal contre l’abandon des poursuites. La problématique est toujours la même Google est accusé de faire de l’évasion fiscale en déclarant en Irlande des revenus générés sur un autre territoire et en profitant ainsi d’une fiscalité plus avantageuse. En Italie, le contentieux porte sur la période 2009-2013. Cette affaire n’est pas sans rappeler la décision du fisc anglais réclamant 170 millions de livres sterling d’arriéré. Un montant décrié par les parlementaires britanniques, car jugé alors trop faible par rapport aux revenus générés par Google en Angleterre. En France, la firme américaine est sur le coup d’une action contentieuse pour fraude fiscale aggravée.

Salesforce équipe ses datacenters de Dell EMC. La firme Texane vient de signer un gros contrat avec le spécialiste du CRM en mode SaaS. L’accord court sur plusieurs années et comprend la fourniture d’équipements d’infrastructures pour datacenter comme les baies de stockage Isilon et des serveurs PowerEdge. Ce partenariat commercial devrait être circonscrit aux datacenters de Salesforce, notamment en France. Ce dernier a décidé de progressivement déplacer certains de ses services (Heroku, SalesforceIQ et Salesforce IoT Cloud) sur le Cloud public d’AWS. Le contrat intègre aussi un volet PC où Salesforce équipera ses 25 000 collaborateurs avec des portables Dell Latitude. La stratégie du guichet unique pour couvrir l’ensemble des besoins prend ici toute son expression.

Windows 10 utilisé par 300 millions de personnes. L’adoption de Windows 10 ferait-elle du surplace ? Il y a un an, Microsoft revendiquait 300 millions de machines sous Windows 10. Un volume passé à 400 millions en septembre 2016. Depuis, silence radio de la part de la firme sur la progression de l’OS. Mais des informations obtenue par Bloomberg de la bouche de Yusuf Medhi, responsable Device Group Windows, nous donnent un nouvel aperçut de l’usage de la plate-forme. Selon son témoignage, Windows 10 serait utilisé quotidiennement par 300 millions de personnes dans le monde à raison de 3,5 heures par jour en moyenne. « Seulement ? », serait-on tenté de dire plus de 18 mois après la sortie de l’OS. Les données indiquées laisseraient entendre que Windows 10 est sous utilisé en regard du nombre de dispositifs qu’il équipe. Et sa modeste moyenne d’utilisation quotidienne indique qu’il est très peu présent en entreprises (ou alors seulement celles qui travaillent à mi-temps). Il n’en reste pas moins que, pour le responsable, « c’est l’adoption la plus rapide dans la société que nous avons jamais vue, et nous constatons un excellent déploiement le concernant ». Peut-être mais ce n’est pas à ce rythme que la firme atteindra le milliard de terminaux équipés en 2018 comme l’avait ambitionné son PDG Satya Nadella il y a moins de deux ans.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur