Symantec s’offre Blue Coat pour 4,7 milliards de dollars

CloudPolitique de sécuritéSécurité
1 39 Donnez votre avis

BlueCoat ne verra pas la bourse. Symantec vient d’annoncer le rachat du spécialiste de la cybersécurité pour un montant de 4,7 milliards de dollars.

Le marché de la sécurité n’est pas encore arrivé au bout de la consolidation. Symantec vient d’en faire la démonstration en mettant 4,65 milliards de dollars sur la table pour acquérir Blue Coat. Le spécialiste met un terme à un ballotage de quelques années auprès des fonds d’investissements, Thoma Bravo et récemment Bain Capital. Ce dernier avait enclenché la procédure pour une introduction en bourse.

Blue Coat ne verra donc pas le ciel de Wall Street pour rentrer dans le giron de Symantec. La firme américaine apporte une armée d’ingénieurs, des ressources technologiques et un portefeuille de 15 000 clients à Symantec. Une confirmation pour ce dernier de son virage vers la cybersécurité, après la scission de son activité de stockage, Veritas. Cette opération devrait stabiliser les activités de Symantec, qui avait commencé à supprimer des postes et alerté sur ses prévisions.

Encore un changement de CEO chez Symantec

Sur le plan opérationnel, le rachat est soutenu par les deux conseils d’administration, devrait être finalisée dans le courant du troisième trimestre. Greg Clark, CEO de Blue Coat va prendre la direction de Symantec suite à ce rapprochement, après une période de valses des dirigeants. En données pro forma, Symantec-Blue Coat aurait généré 4,4 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2016. D’ici 2018, le spécialiste de la sécurité numérique prévoit des économies de coûts de l’ordre de 550 millions de dollars.

A noter que sur le plan capitalistique, le fonds Silver Lake a accepté de souscrire à des obligations Symantec à hauteur de 500 millions de dollars, doublant son investissement dans le groupe à 1 milliard. De son côté, Bain Capital apporte 750 millions.

A lire aussi :

HTTPS : Google bannit les certificats Symantec de Chrome et Android

Gestion des données : Veritas sauvegarde son cœur de métier


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur