TDF va couvrir les zones blanches mobiles avec Belvédère

Gestion des réseauxMobilitéProjetsRéseaux
1 62 Donnez votre avis

TDF s’est associé à la Caisse des dépôts pour fonder Belvédère, afin de fournir les infrastructures mobiles des zones blanches.

TDF entend aider à combler les trous dans la raquette de la couverture mobile en France. Ou profiter de cette opportunité du manque d’infrastructures mobiles dans les zones rurales dites « blanches ». L’opérateur d’infrastructures, notamment en direction des diffuseurs TV, vient d’annoncer la création de Belvédère. Cette entreprise se chargera de fournir « une réponse industrielle nationale à la problématique de résorption des zones blanches sur l’ensemble du territoire national ».

Autrement dit, accélérer la mise à dispositions d’infrastructures qui permettront aux opérateurs d’installer et raccorder leurs antennes afin de déployer facilement leurs réseaux mobiles. Pour y faire, Belvédère bénéficiera des plus de 10 000 sites (tours, pylônes et troits-terrasses) de TDF, dressés en métropole et outre-mer, et surtout de son maillage réseau de 5 000 km de fibres optiques ainsi que ses 4 datacenters.

Créée avec la participation de la Caisse des dépôts, à hauteur de 30% mais au capital non dévoilé (« il s’agit d’une petite structure », nous confie-t-on du côté de TDF), Belvédère s’inscrit dans le cadre des initiatives prises ces derniers mois par le gouvernement pour améliorer la couverture mobile des villages, zones d’activités commerciales et autres sites touristiques jusqu’alors délaissés par les opérateurs car considérés comme trop peu rentables.

1300 sites stratégiques

La loi Marcon (pour  la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques) du 6 août 2015, a défini plusieurs programmes de soutien pour couvrir les zones blanches. Près de 300 communes identifiées comme ne disposant d’aucune couverture mobile devaient être couvertes d’ici la fin de l’année. Par ailleurs, 800 sites identifiés à forte activité humaines (zones commerciales, touristiques, centres de congrès…) doivent être couverts à termes

Dans ce cadre, les opérateurs se sont engagés à des obligations de résultats. Ils doivent couvrir environ 3800 centres-bourgs en 2G avant la fin de l’année. En septembre dernier, près de 300 étaient encore en attente d’un pylône pour y accrocher les antennes mobiles. Dont certains doivent être fournis par les collectivités, en partie soutenues par l’Etat. Un domaine dans lequel Belvédère entend jouer son rôle de dresseur de pylônes, donc. TDF évoque la couverture de 268 centre-bourgs et 1300 « zones stratégiques ».

Pour Gabrielle Gauthey, directrice des Investissements et du Développement Local de la Caisse des Dépôts, « il s’agit pour nous de participer à la mise en place d’infrastructures passives mutualisées, à destination des opérateurs clients, avec une logique de bien de retour aux collectivités territoriales. Quels que soient les circuits de financement futurs de ces points de couverture de téléphonie mobile, l’outil industriel est prêt pour répondre à ce besoin pressent de couverture des territoires, des lieux de vie, de culture, ou des espaces économiques non encore couverts. »


Lire également
TDF ouvre son troisième datacenter à Rennes
Orange va étoffer son réseau mobile avec TDF
Mobile : Bercy invite les collectivités à couvrir leurs zones blanches

Photo credit: lancieuxtourisme via Visual hunt / CC BY-SA

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur