Télégrammes : 8 millions de Windows 10 en entreprise ; Les Russes vont-ils couper Internet ? ; IBM : Spark as-a-Service, RBS succombe à Facebook

Bases de donnéesBig DataCloudCyberguerreData & StockageIAASOSPAASPCPoste de travailRéseauxSécurité
1 1 Donnez votre avis

Si le chomage est au cœur de l’actualité, la rédaction ne chôme pas pour livrer les télégrammes du soir : 8 millions de PC d’entreprise convertis à Windows 10, les backbone de l’Internet seraient menacés par les Russes, IBM fait du Spark as-a-Service et la banque RBS succombe à Facebook at work.

8 millions de PC en entreprise sous Windows 10. Lors d’une conférence téléphonique avec les analystes financiers, à l’occasion des derniers résultats trimestriels de Microsoft, Satya Nadella, le Pdg du premier éditeur mondial, a expliqué que, parmi les 110 millions de PC passés à Windows 10, 8 provenaient des entreprises. Logiquement, ce sont les utilisateurs individuels, poussés par les mises gratuites offertes pour les versions 7 et 8, qui forment le gros de la troupe. Selon Redmond, le taux d’adoption de Windows 10 est trois fois supérieur à celui de Windows 7 à pareille époque.

Que font les sous-marins russes à côté des backbone de l’Internet ? Les sous-marins et les navires espions russes croisent de plus en plus fréquemment tout prêt de câbles sous-marins vitaux pour l’Internet, affirment des militaires et des membres des services de renseignement américains, cités par le New York Times. Ces derniers craignent non pas des opérations d’espionnage – l’écoute des transmissions passant par les câbles est un classique depuis les années 70 -, mais bien de sabotage : en endommageant des câbles à des endroits très inaccessibles, les Russes pourraient toucher des infrastructures dont dépendent les gouvernements et économies de l’Ouest. Les Etats-Unis s’inquiètent notamment des activités d’un navire russe appelé le Yantar. Pour Washington, il s’agit d’un navire espion doté de submersibles capables de sectionner des câbles sous-marins. Moscou présente ce bâtiment comme un navire de recherche océanographique.

IBM a lancé son offre Spark as-a-Service. A l’occasion de son évènement Insight, la firme américaine a officialisé la disponibilité du service Analytics basé sur Spark Apache et fonctionnant sur Bluemix, le PaaS d’IBM. De fait, en apportant Spark à Bluemix, IBM intègre également dans son PaaS d’autres services comme la base de données NoSQL Cloudant ou dashDB, service d’entreposage de données dans le Cloud. Cette offre a été testée pendant plusieurs mois par 3 500 développeurs. Elle s’inscrit aussi dans les efforts consentis par IBM sur cette technologie Big Data. Pour rappel, Apache Spark est un projet en pleine croissance dans le monde du Big Data. Cette offre est capable de fonctionner sur un cluster de serveurs et permet de traiter les données jusqu’à 100 fois plus rapidement que MapReduce, du fait de l’utilisation de techniques In-Memory. En juin dernier, IBM a annoncé un investissement de 300 millions de dollars dans cette technologie et a ouvert un Spark Center à San Francisco.

Royal Bank of Scotland succombe à Facebook at work. C’est une belle référence pour le réseau social qui met les bouchées doubles sur son réseau social d’entreprise. La banque écossaise va donc convertir, d’ici le mois de mars, 30 000 de ses employés et prévoit de couvrir l’ensemble de ses collaborateurs (soit 100 000 personnes) d’ici la fin 2016. Julien Codorniou, en charge de Facebook at work, a indiqué à nos confrères de TechCrunch qu’aujourd’hui 300 entreprises utilisent ce RSE made in Facebook. Il a cité notamment Heineken, dont les salariés américains sont en phase de test, mais également 4 000 employés de Century 21. Reste que le service est toujours en phase bêta, précise le responsable, mais qu’il devrait voir officiellement le jour prochainement.

Crédit Photo : Juefraphoto-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur