Télégrammes : BlackBerry Android bis, Facebook finance la proximité, Toshiba licencie, Loi sur le numérique un exemple.

MobilitéOS mobilesSmartphones
3 2 Donnez votre avis

Pas de bannissement, ni de sanctions pour les lecteurs qui lisent les télégrammes du soir.

Un second BlackBerry sous Android en 2016. Le PDG du constructeur canadien l’a indiqué à nos confrères de Bloomberg. Il a précisé à l’occasion d’une conférence sur les résultats de la société, « si le Priv est bien reçu sur le marché, et il est très probable que ce sera le cas, nous allons continuer de nous focaliser sur le marché haut de gamme, qui se rapprochera certainement du milieu de gamme ». Entendez par là, des tarifs plus accessibles que le Priv. Le premier smartphone sous Android de la firme est disponible depuis peu en France au prix canon de 800 euros. Le dirigeant a expliqué que « les 30 premiers jours de vente du Priv ont été assez positifs », sans toutefois révéler les chiffres précis. Le prochain terminal sous Android est connu pour l’instant sous le nom de code Vienna.

Facebook donne 10 000 dollars à ses employés pour se rapprocher du siège. Face aux problématiques de logement dans la baie de San Francisco, le réseau social a décidé d’aider financièrement ses employés à acheter ou louer une maison ou un appartement dans un périmètre de moins de 10 miles (16 km) du siège basé à Menlo Park. Facebook n’est pas la seule société à adopter ce type d’initiative, Palantir ou même SalesforceIQ (une division de Salesforce) le font aussi. Une aide à relativiser, souligne une agence immobilière de la Silicon Valley, le loyer moyen à Menlo Park étant de 3 600 dollars par mois. Les plus cyniques y voient aussi un moyen de garder les employés au bureau plus longtemps. Les sociétés parlent, elles, d’une meilleure qualité de vie en réduisant les temps de transport. Ce dernier est passé d’une heure à 90 minutes sur les 3 dernières années.

Toshiba très très bas. Comme attendu, le groupe japonais Toshiba va supprimer près de 7 000 emplois, soit environ un tiers de ses effectifs. Pour l’essentiel, cette coupe claire touchera les divisions grand public du conglomérat, dont la fabrication de PC. A la suite de malversations, le groupe, qui fabrique des téléviseurs, de l’électroménager, des puces mémoire et des réacteurs nucléaires, est en grande difficulté et vient de passer une perte de 4,2 milliards d’euros. Le titre Toshiba a perdu environ 40 % de sa valeur depuis les premières informations sur ses erreurs comptables, en avril dernier. Récemment, la presse japonaise évoquait la fusion possible des trois grands constructeurs de PC japonais, Toshiba, Fujitsu et Vaio.

Loi sur la République numérique : une méthode plébiscitée. Le cabinet d’Axelle Lemaire, la secrétaire d’Etat au Numérique, publie une évaluation de la méthode de conception de la loi pour une République numérique, basée sur une « co-écriture », autrement dit sur la possibilité pour les internautes de commenter le projet et de proposer leurs propres amendements. La quasi-totalité des 4 500 internautes ayant participé à cette forme de consultation encore inédite en France se déclarent prêts à renouveler l’exercice si le gouvernement remet le couvert sur un autre texte. 71 % d’entre eux estiment que la consultation a fait « évoluer significativement » le projet de loi. Le cabinet d’Axelle Lemaire affirme que cette première expérience a permis de tirer un certain nombre d’enseignements sur la méthode elle-même : nécessité d’organiser des évènements physiques en parallèle de la consultation en ligne, besoin d’une animation de la communauté des contributeurs, attente d’une amélioration de l’ergonomie de l’interface de consultation. Le projet de loi sera débattu au Parlement à partir du 19 janvier prochain.

Crédit photo :  Aleksandar Mijatovic-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur