Télégrammes : Emplettes pour Accenture, Nouvelle usine mémoire pour Toshiba, Chatbots chinois désactivés

Business IntelligenceComposantsData & StockagePoste de travailProjetsRégulationsSSII

Avant de savoir si Neymar jouera ce week-end contre Amiens, il est temps de lire les télégrammes du soir.

Accenture fait des emplettes. En pleine période estivale, la société de consulting a annoncé l’acquisition de 2 entreprises : Search Technology et Brand Learning. La première propose des services de conseil pour accompagner les organisations à implémenter des solutions d’analytiques. Cette start-up basée en Virginie dispose d’un portefeuille de technologies comprenant un framework de génération de contenus, ainsi qu’un ensemble de connecteurs (API) qui trouveront leur place au sein de la plateforme d’IA Insights. Le second rachat, Brand Learning, vise à renforcer les solutions pour les commerciaux et devrait trouver sa place au sein des équipes ventes, marketing et RH d’Accenture.

Nouvelle usine mémoire pour Toshiba. Mal en point, le constructeur japonais a annoncé la construction d’une usine pour fabriquer des mémoires. L’investissement consenti est important : 1,8 milliard de dollars. Ce projet nommé Fab 6 serait localisé à Yokkaichi, au Japon. Il s’agit du lieu où Toshiba possède plusieurs lignes de production en partenariat avec Sandisk, maintenant propriété de Western Digital. Ce dernier est en conflit ouvert avec Toshiba suite à la vente de l’activité mémoire de la firme japonaise. Face au refus d’investir dans Fab 6, Toshiba a donc décidé de se lancer seul dans l’aventure au risque d’envenimer encore un peu plus les relations délétères avec Western Digital.

Deux chatbots chinois politiquement incorrects reconditionnés. L’intelligence artificielle devrait bien se garder de faire de la politique. Surtout en Chine. Deux chatbots, BabyQ et XiaoBing, intégrés dans l’application de messagerie Tencent QQ, ont été désactivés après des propos politiquement incorrects. A la question ‘est-ce qu’ils aiment le parti communiste chinois ?’, un des chatbots a répondu non, tandis que l’autre, à l’exhortation ‘longue vie au parti communiste’, aurait répondu : ‘Pensez-vous qu’un système politique aussi corrompu et inutile puisse vivre longtemps ?’. Suite à ces bévues, les deux IA ont été débranchées et reconditionnées. Désormais, à la question de savoir si ces IA aiment le parti, la réponse est devenue : ‘et si on changeait de sujet’. Exit aussi les interrogations sur Taïwan ou la mort du dissident Liu Xiaobo, prix Nobel de la paix.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur