Télégrammes : Free Mobile rembourse les mécontents de la 3G, Staline aurait adoré le smartphone, Bruno Boucq arrive chez Interoute, IBM et Cisco alliés sur la sécurité

JuridiqueLogicielsMobilitéOpen SourceOperateursPolitique de sécuritéRégulationsRéseauxSécuritéSmartphones

Si les voitures ont de plus en plus de mal à remplir leur réservoir, les lecteurs sont en attente des télégrammes du soir.

Free Mobile rembourse les mécontents de la 3G. Dans un accord passé avec  l’UFC-Que Choisir, les clients mécontents du réseau 3G de l’opérateur peuvent demander une indemnisation à hauteur de 1 euro par mois (pour un montant maximal de 12 euros). Pour prétendre à cette indemnisation, il faut être abonné à Free Mobile au forfait illimité (19,90 ou 15,90 euros) avant le 20 octobre 2015. Sur la page abonné, les clients sont invités à indiquer le nombre de mois où ils ont été pénalisés et la période des désagréments. Un courrier suivra pour finaliser la procédure. En sachant que l’accord porte sur des désordres allant de janvier 2012 et le 20 octobre 2015. Les abonnés au forfait 2 euros ne sont pas concernés par ce remboursement, ni les anciens clients.

Staline aurait adoré le smartphone, selon Stallman. Dans une décapante interview accordée à Usbek & Rica, le promoteur du logiciel libre Richard Stallman dézingue le modèle de l’informatique mobile. Des terminaux qui induisent un flicage permanent, selon le gourou ébouriffé. « Je refuse de les utiliser. Ils ont des portes dérobées, des failles vouées à les transformer en dispositifs de surveillance. C’est la vérité nue. Pour moi, le téléphone portable, c’est le rêve de Staline devenu réalité », dit-il, relevant que le processeur de communication des téléphones est totalement secret. « Nous ne savons même pas dans quel langage sont écrites ses instructions, donc il est impossible de concevoir un programme libre pour ce genre de processeurs, comme nous avons pu le faire avec GNU/Linux », remarque-t-il. Et de déplorer également l’évolution récente de la réglementation dans l’Hexagone : « Avant, la France avait un système admirable de protection des données, mais c’est fini : tout a été saccagé avec l’état d’urgence. On est dans même situation qu’aux Etats-Unis après le 11 septembre 2001. »

Encore un nouveau DG pour Interoute France. Pour la troisième fois en 3 ans, Interoute France vient de changer de directeur général. Le fournisseur de connectivité et services Cloud à l’échelle mondiale vient de nommer Bruno Boucq à la tête de la filiale française. Agé de 59 ans, ce diplômé d’Economie internationale a notamment exercé son talent chez BT Services (pendant plus de 3 ans), Unisys France (8 ans) et Fujitsu Services France (9 ans). Il succède à Gilles Fabre nommé en avril 2016 et parti d’un commun accord avec Interoute. Auparavant, Jean-Pierre Tournemaine avait succédé à Régis Castagné parti chez Equinix avant de l’y rejoindre finalement. Cette nouvelle nomination sera-t-elle plus durable ? « Je vais mettre mon savoir-faire, mon énergie, mon envie et mes relations au service de l’équipe française dans le but d’aligner les objectifs de la France sur les ambitions du groupe », déclare Bruno Boucq. Il aura notamment pour mission d’améliorer les performances en France de l’opérateur qui exploite aujourd’hui 15 datacenters en Europe et avait racheté Easynet en 2015.

Cisco et IBM unis par la sécurité. Cisco et IBM viennent d’annoncer un nouveau partenariat autours des produits de sécurité, des services et du renseignement des menaces (threat intelligence). Concrètement, les solutions de sécurité de l’équipementier réseau intégreront l’offre QRadar, la plate-forme de « security intelligence » d’IBM. En retour, les équipes de Big Blue supporteront les produits de Cisco dans les services managés de sécurité. Enfin, les deux entreprises collaboreront sur la recherche en sécurité et se coordonneront en matière de réponses aux attaques. Un partenariat vertueux s’il en est pour leurs clients respectifs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur