Télégrammes : iPhone 6s et sperme, du Wifi Facebook en Inde, Visa sort son paiement en ligne, AT&T arnaqué par ses employés

LogicielsMobilitéOperateursRéseauxSécuritéSmartphones
1 1 Donnez votre avis

Contrairement à certains, les télégrammes du soir ne trichent pas avec les taux d’émission des informations : Apple, Facebook, Visa, AT&T.

  • Du sperme contre un iPhone 6s. Pour motiver les donneurs, deux établissements médicaux chinois, l’hôpital de Ruijin à Shanghai et une clinique de la province du Hubei, proposent d’offrir 6000 yuans, soit l’équivalent en valeur d’un iPhone 6s, contre quelques gouttes de sperme. Des conditions sont néanmoins imposées pour prétendre accéder à la précieuse compensation comme mesurer plus de 1,65 mètre et être diplômés de l’université du côté de la clinique, ou être âgé de 22 à 45 ans du côté de l’hôpital, rapportent Les Echos qui s’appuient sur une information du Changjiang Daily. Si l’on ignore les motivations des centres de santé à lancer une campagne de collecte de liquide séminal, ceux-ci utilisent les réseaux sociaux pour leur communication en exploitant l’image des derniers iPhone d’Apple dans leur opération de recrutement, la publicité pour ce genre de message étant interdite dans le pays. Une évocation sans équivoque qui montre le gain en popularité des produits de la firme à la pomme dans l’Empire du Milieu même si les heureux donneurs pourront s’acheter un produit concurrent avec les gains durement acquis à la force du poignet.
  • Facebook opérateur wifi en Inde ? Facebook pourrait prochainement lancer un service de connectivité Wifi en Inde. C’est ce qu’a déclaré le vice-président responsable de l’accès Kervin Martin la semaine dernière à l’occasion de la Convention India Economic 2015. Cette offre viserait à subventionner le coût de l’accès Internet pour les habitants d’un des pays les plus peuplé de la planète dans le cadre du projet Internet.org visant à amener l’accès au réseau au plus grand nombre. L’entreprise de Mark Zuckerberg s’appuierait sur des drones et d’autres véhicules aériens pour construire son infrastructure de communication sans fil. Lequel permettrait ainsi aux utilisateurs d’accéder gratuitement, et sans publicité, aux services proposés par la plate-forme Internet.org. Laquelle est néanmoins pointée du doigt pour son manque de neutralité.
  • Visa lance sa solution de paiement Checkout en France. A l’heure où les géants Apple et Google, notamment, peaufinent leurs solutions de paiement électronique, Visa a profité du salon e-commerce de Paris pour annoncer le lancement prochain de Checkout, son offre de paiement en ligne. Disponible depuis n’importe quel appareil connecté, PC, smartphone ou tablette, Visa Checkout permet de payer en saisissant identifiant et mot de passe plutôt que numéro de carte bancaire et autre formulaire rébarbatif. Pour en bénéficier, il faudra que l’utilisateur ouvre un compte auprès de Visa et que les e-commerçant intègrent la solution de paiement à leur plate-forme en ligne. C’est déjà le cas pour 250 000 détaillants du Canada, d’Australie ou de Chine où le service serait utilisé par 6 millions de consommateurs chez Gap, Staples, Ticketmaster ou Pizza Hut, revendique Visa. En France, Checkout sera lancé début 2016. Les commerçants et consommateurs qui avaient adopté le service de transaction sécurisé V.me by Visa seront automatiquement basculés sur Checkout.
  • Arnaque au desimlockage chez AT&T. AT&T a porté plainte contre quatre de ses anciens employés auprès d’un tribunal de Washigton, ainsi que contre deux entreprises. L’opérateur américain les accuse d’avoir installé un logiciel sur le système interne qui permettait, depuis l’extérieur du SI, d’accéder aux profils des téléphones afin de les débloquer. Le ‘simlockage’ est utilisé par les opérateurs pour empêcher les clients de basculer sur un réseau concurrent avec un téléphone acheté auprès de ses services avant une période déterminée. Un verrou que nombre de sites web aux Etats-Unis permettent de faire sauter contre moins de 20 dollars. Le logiciel présument installé par les employés indélicats aurait été exploité par la société Swift Unlocks et son propriétaire Prashant Vira depuis au moins septembre 2013. AT&T déclare que des centaines de milliers de téléphones ont ainsi été desimlockés de manière illégale.
Crédit Photo : Juefraphoto-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur