Télégrammes : John Kelly piraté, Project Loon a Porto Rico, Les datacenters Switch au NYSE

CloudDatacentersMobilitéOperateursRéseauxSécuritéSmartphones

Aussi élégants, classes et drôles qu’ils puissent essayer d’être, les télégrammes du soir n’atteindront jamais la cheville de Jean Rochefort.

John Kelly s’est fait piraté son smartphone. Ça la fiche mal. John Kelly, secrétaire général de la Maison Blanche, se serait fait pirater son smartphone personnel, rapporte le site Atlantico. Le téléphone s’illustrait par des dysfonctionnements et ne faisait plus les mises à jour. Le responsable chargé depuis juillet dernier de remettre de l’ordre dans l’équipe présidentielle l’a alors confié aux services techniques de Washington. Qui ont constaté que l’appareil avait été piraté. Le site en ligne ignore quelles données ont pu être dérobées. Aux dires de la communication du bureau ovale, John Kelly, qui a exercé les fonctions de secrétaire à l’Intérieur depuis décembre 2016, aurait très peu utilisé son smartphone privé dans le cadre de ses fonctions professionnelles. Même pas pour envoyer des tweets ?

Le projet Loon de Google au secours de Porto Rico. Maria va hélas être l’occasion de vérifier les capacités réelles du projet Loon de Google. Avec l’accord de la FCC, le gendarme américain des télécoms, l’entreprise californienne va déployer ses ballons (plus ou moins) dirigeables pour rétablir une partie des communications de Porto Rico. Après le passage de l’ouragan Maria, 9 foyers sur 10 sont encore privés de moyens de communication sur l’ile caribéenne. Une trentaine de ballons équipés de GPS et autoalimentés par leurs panneaux solaires vont donc survoler le pays à 20 km d’altitude afin de relier et propager les communications en 4G fournies par les opérateurs terrestres. La bonne volonté de ces derniers sera donc indispensable au succès de l’opération.

Switch lève 531 millions de dollars en Bourse pour ses datacenters. Créé en 2000 par Rob Roy, Switch conçoit et opère des datacenters? Baptisé Supernap, ces centres de calculs opèrent de la colocation, des services Cloud et télécoms. Ils sont certifiés Tier IV par l’Institut Uptime. Principalement basé dans le Nevada, à Las Vegas, Switch opère une dizaine de datacenters et a lancé des projets à l’international, en Italie et en Thaïland pour les plus avancés. L’entreprise compte plus de 800 clients, dont Amazon, Ebay ou JP Morgan et se distingue par ses efforts en matière de respect de l’environnement (et reconnu dans ce cadre par Greenpeace). Fort de ces atouts, Switch a opéré la troisième plus grosse introduction en Bourse du secteur IT aux Etats-Unis au NYSE, rapporte ITespresso.fr. Une initiative qui lui a permis de lever 531 millions de dollars après que l’action ait bondi de 45% à l’introduction. Plus de 31 millions de titres à 17 dollars ont été vendus.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur