Télégrammes : Judy effraye 36,5 millions d’Android, 8600 failles dans les pacemakers, Les géants de la Tech gourmands d’IA, AlphaGo en semi-retraite

AppsBig DataBusiness IntelligenceData & StockageMalwaresMobilitéOS mobilesPolitique de sécuritéSécurité

Après ce pont récupérateur et la reprise d’une longue et chaude semaine, il est temps de lire les télégrammes du soir.

Judy tétanise 36,5 millions de terminaux Android. Le malware a été détecté et nommé par Checkpoint à l’origine dans un jeu, Chef Judy, sur le Play Store. D’autres jeux sont concernés dont 41 du même éditeur sud-coréen et pour la plupart présents depuis plusieurs mois sur le magasin Android. Ce malware n’est pas spécialement méchant, car son but est de cliquer automatiquement sur des publicités pour générer du revenu. Pour les experts de Checkpoint, une vision optimiste établit à 8 millions les smartphones, une analyse moins idyllique pointe 36,5 millions de terminaux concernés. Google a été réactif sur cette fraude aux clics et a fait le nettoyage sur son Play Store.

8600 failles dans certains pacemakers. Des chercheurs de la firme WhiteScope ont découvert plus de 8600 vulnérabilités cumulées dans les systèmes des stimulateurs cardiaques et des bibliothèques tierces utilisées par les composants. Les experts ont trouvé ces failles dans 7 produits de 4 sociétés différentes. Elles vont du simple bug à des défauts de conception. A noter que la majorité des vulnérabilités se trouvent dans les bibliothèques tierces. La plupart des pacemakers fonctionnent avec un implant, un dispositif de surveillance à la maison, une infrastructure Cloud pour collecter et transférer les données aux médecins et un programmeur de Pacemaker pour renvoyer les réglages de l’implant. Et c’est sur ce dernier que le bât blesse, car les bibliothèques utilisées sont souvent obsolètes. Les chercheurs pointent également du doigt une faible authentification des communications et le non-chiffrement des données. De quoi donner des sueurs froides à défaut d’un infarctus numérique !

Les géants de la Tech gourmands d’IA. Selon le cabinet CB Insights, pas moins de 34 start-ups liées à l’intelligence artificielle (IA) ont été acquises par des grands acteurs de la tech lors du 1er trimestre 2017. C’est plus du double par rapport au même trimestre l’année précédente. Le bureau d’études constate que Ford a réalisé la plus grosse acquisition dans ce domaine en mettant 1 milliard de dollars pour s’emparer d’Argo AI. D’autres sociétés sont plus discrètes comme Apple qui ne commente jamais les rachats. La firme de Cupertino s’est portée acquéreur de Lattice Data, spécialiste de la caractérisation des données structurées, pour améliorer Siri. Au petit jeu des rachats dans l’IA, Google arrive en tête avec 11 opérations depuis 2012, suivi d’Apple, Facebook et Intel.

AlphaGo prend une semi-retraite. Après avoir battu le meilleur joueur au monde du jeu de Go, l’IA développée spécialement par Google sur ce jeu va s’arrêter. Enfin pas complètement, car Deepmind, la société derrière AlphaGo va se concentrer sur le développement d’algorithmes qui « pourraient un jour aider les chercheurs à résoudre nos problèmes les plus complexes » : trouver des remèdes contre des maladies, réduire la consommation d’énergie, créer de nouveaux matériaux, etc. La communauté du jeu de go n’est pas oubliée. Google lui ouvre, entre autres, les données associés à 50 parties qu’AlphaGo a jouées contre lui-même. Un outil de formation est par ailleurs en cours de développement avec la collaboration de Ke Jie, le champion humain du monde en titre de Go.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur