Télégrammes : La 4G passe le milliard, l’Europe accélère la 5G, une piscine chauffée aux serveurs, 12 iPhone sous requête judiciaire

CloudDatacentersMobilitéProjetsRégulationsSecteur PublicSécuritéServeurs
3 2 Donnez votre avis

Privé de Mars, Snickers et autre sucrerie ? Consolez-vous avec les télégrammes du soir.

  • 1 milliard de connexions 4G dans le monde. La GSMA, l’association des acteurs de l’industrie mobile, profite du Mobile World Congress (MWC) de Barcelone (qu’elle organise par ailleurs) pour annoncer que le milliard de lignes 4G vient d’être franchi après avoir vu son nombre d’utilisateurs doubler en 2015. 451 réseaux LTE (4G) sont aujourd’hui commercialisés dans 151 pays, dont près de la moitié dans les régions industrialisées. La GSMA estime que la 4G constituera environ un tiers des 9 milliards de connexions mobiles attendues d’ici 2020, contre 7,3 milliards fin 2015. Avec la 3G, ce sont 70% des utilisateurs qui auront accès au haut débit mobile à la fin de la décennie.
  • La Commission européenne offensive sur la 5G. Gunther Oettinger, commissaire à l’économie numérique a annoncé la mise en place d’ici la fin de l’année d’un plan d’action sur la 5G. Il s’agit avant tout pour le responsable européen d’éviter de répéter les erreurs de la 4G. Il a indiqué avoir déjà entamé des discussions avec les opérateurs télécoms et les partenaires privés. Il milite pour un plan pragmatique avec « pas plus de 5 ou 6 domaines où nous pouvons conjointement faire la différence à grande échelle ». Un premier jet de ce plan devrait voir le jour en juillet prochain. Au Mobile World Congress, Gunther Oettinger en a profité également pour dévoiler un livre blanc avec le 5GPPP décrivant la façon dont les industries (automobiles, santé, énergie, manufacturier, média) vont utiliser la 5G. Ce travail servira de base pour les discussions techniques autour de la standardisation et la gestion du spectre.
  • La piscine de la Butte aux Cailles à Paris va voir son bassin intérieur chauffé grâce à la chaleur des serveurs informatiques. Pour se faire, la mairie de Paris en charge de l’équipement sportif a choisi de faire confiance à Stimergy pour réaliser ce chauffage. Il devrait être effectif à l’automne 2016. Concrètement, la chaudière numérique de Stimergy récupère la chaleur fatale des serveurs installés dans l’infrastructure de la piscine et la recycle pour compléter les besoins en eau chaude du bassin intérieur. La production de chaleur numérique est constante grâce au fonctionnement des serveurs en continu. En cas de maintenance du bassin intérieur, la chaleur est alors redistribuée au second bassin (extérieur). Pour mémoire, La piscine était historiquement chauffée par un puits artésien à 580 m de profondeur, donnant accès à une eau à 28°C. Elle a ensuite été chauffée par du chauffage urbain.
  • Après San Bernardino, 12 autres iPhone réclamés par la justice. Apple n’en a pas fini de batailler avec les demandes du FBI. Le ministère américain de la justice (le DoJ) cherche en effet à contraindre l’entreprise à livrer les clés d’accès de 12 iPhone dans le cadre d’enquêtes judiciaires qui, selon le Wall Street Journal, n’auraient rien à voir avec l’affaire de la tuerie de San Bernardino. Attaque pour laquelle le DoJ a déposé une requête, vendredi dernier, pour contraindre Apple à se conformer à l’ordonnance d’un juge à la demande du FBI pour déverrouiller l’iPhone ayant appartenu à l’un des tireurs de San Bernardino. Cupertino refuse en effet de mettre à disposition des mécanismes de déverrouillage de ses appareils pour maintenir leur sécurité. Et demande la création d’un comité d’expert gouvernemental sur la question du chiffrement pour clarifier la situation.
Crédit photo : Aleksandar Mijatovic-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur