Télégrammes : Facebook tout en émotion, Lazarus mord la poussière, Windows 10 en entreprise, Blackberry conseiller en sécurité

CollaborationLogicielsMalwaresOSPCPolitique de sécuritéPoste de travailSécurité
2 0 Donnez votre avis

Les télégrammes du soir se réjouiraient de la baisse du chômage en janvier si elle n’était pas marquée par une hausse des radiations.

  • Le groupe Lazarus hors d’état de nuire ? Pas complètement, mais la connaissance de ses méthodes évolue. Plusieurs sociétés comme Novetta ou Kaspersky ont participé à l’opération Blockbuster ayant pour objectif le démantèlement des activités de ce collectif de hackers. Ce dernier est fortement soupçonné d’être à l’origine de plusieurs attaques médiatiques dont le vol de données de Sony Pictures Entertainement en 2014 ou l’opération de cyberespionnage Dark Seoul visant les médias et les établissements financiers sud-coréens en 2013. A la suite de ces attaques, plusieurs chercheurs ont analysé les échantillons de malwares utilisés par le groupe. Ils ont constaté que les auteurs des attaques réutilisent volontiers du code, en reprenant des fragments d’un programme malveillant pour l’utiliser dans un autre. Ils ont également trouvé des fichiers ZIP protégés par un mot de passe, toujours le même. Ils ont peu ainsi faire le lien avec des attaques jusque-là non identifiées.
  • Windows 10 gagne l’entreprise Soutenu par une politique de mise à jour gratuite pour les PC sous Windows 7 et 8.x, Windows 10 est probablement l’OS de Microsoft qui connaît la plus forte adoption. En 6 mois, le système s’est installé sur 200 millions de PC. Une adoption deux fois plus rapide que pour Windows 7, notamment. Mais qu’en est-il des entreprises moins enclines à se jeter sur les nouvelles plates-formes le temps de vérifier leur compatibilité avec les applications maison ? Selon Peter Tsai, un analyste de SpiceWorks, 22 millions de PC d’entreprises seraient aujourd’hui équipés de Windows 10. Soit plus de 10% du parc total. Qui plus est, Microsoft laisse entendre que 76% de ses clients grands comptes et éducation mènent aujourd’hui des projets pilotes de migration. Sans toutefois apporter de précision sur ses autres profils de clients. SpiceWork rapporte de son côté que 40% des responsables IT projette d’adopter l’OS avant son premier anniversaire, soit le 29 juillet 2016. A commencer par le ministère de la Défense américain qui prévoit de mettre à jour 4 millions de ses PC de bureau, portables, tablettes Surface et autre terminaux mobiles sous Windows 10. Une initiative qui ne pourra qu’encourager Microsoft dans son ambition d’équiper 1 milliard d’appareils sous Windows 10 d’ici 2018.
  • Blackberry se cherche un avenir dans la sécurité. Au Mobile World Congress (MWC) de Barcelone, Blackberry n’a pas présenté de nouveaux terminaux mais a fait des annonces stratégiques pour développer ses activités de sécurité. L’entreprise de Waterloo a annoncé le lancement d’une activité de conseils en service de cybersécurité pour les entreprises. Un service appelé à évoluer sur un marché estimé aujourd’hui à 16,5 milliards de dollars et qui devrait s’élever à 23 milliards en 2019. Une nouvelle activité qui s’appuiera en partie sur l’expertise d’Encription, une société britannique de conseils en sécurité technique hardware et software que Blackberry vient d’acquérir pour un montant non précisé. Enfin, le Canadien annonce la disponibilité de BES12, sa solution de gestion des terminaux et applications d’entreprises, sur Azure, la plate-forme Cloud de Microsoft. Cela permettra aux entreprises de bénéficier de la solution MDM/EMM sans avoir à déployer leurs propres infrastructures dédiées localement. Cette offre sera prochainement complétée par la mise à disposition de AtHoc, une plate-forme d’échanges d’informations critiques en temps réel, sur le Microsoft Azure Marketplace.
  • Facebook tout en émotion. La nouvelle fonctionnalité « Réactions » arrive sur la version française de l’application Facebook. Celle-ci propose désormais, sous forme d’émoticones, un ensemble d’expressions graphiques pour exprimer une émotion. Elle vient ainsi enrichir le bouton « J’aime » qui ne laisse guère le choix sur le niveau d’appréciation d’une nouvelle publié sur le réseau social. En plus du classique « J’aime », l’offre s’enrichit de « J’adore », « Haha », « Waouh »« Triste » et « Grrr » rapporte ITespresso.fr.
Crédit photo : Aleksandar Mijatovic-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur