Télégrammes : Le marché européen du PC sauvé par les détachables; les ransomwares trop méconnus; le Big Data en croissance; Les chargeurs USB au service des pirates

Big DataData & StockageMalwaresMobilitéPCPortablesPoste de travailSécurité
1 3 Donnez votre avis

Contrairement aux raffineries, nul besoin d’envoyer les CRS pour débloquer la publication des télégrammes du soir.

  • Les détachables et convertibles à la rescousse du marché du PC. Dans un marché du PC morose depuis plusieurs années, les nouvelles générations de notebook sont les seules ventes à progresser régulièrement ces dernières années. En témoigne les 44,7% de croissance des ventes des modèles détachables et convertibles ultrafins que constate IDC au premier trimestre 2016 sur le marché d’Europe de l’Ouest. Ces nouveaux formats flexibles et légers constituent désormais 18,4% des ventes de PC grand public et 21,9% dans le cadre des usages professionnels. En hausses respectives de 9,2 et 16,3 % depuis un an. Un sérieux contraste avec la contraction de 13,7% d’un marché qui enregistre 18,2 millions d’unités vendues globalement sur le début de l’année. Les modèles détachables (transformant l’écran en tablette) ont atteint 1,5 million de ventes. Soit une hausse de plus de 190% en un an.
  • Ransomwares, ces tristes inconnus. Une étude de Kaspersky montre que, malgré la médiatisation des attaques, le terme de rançongiciel n’évoque pas grand-chose. Le spécialiste de la sécurité a interrogé 5 000 personnes aux Etats-Unis et au Canada. Ils sont 43% à ne pas savoir ce qu’est un ransomware. Ils ne sont que 16% à les craindre, par contre ils sont plus effrayés au simple nom de virus, trojan ou spyware. Pour 9% des répondants, un ransomware est provoqué par quelqu’un qui bloque le compte d’un réseau social et qui réclame une rançon. Cette ignorance s’explique par le fait que les utilisateurs ne savent pas comment réagir face à ce genre d’attaques. Plus de 15% d’entre eux débranchent immédiatement leur PC, 53% avouent qu’ils ne paieraient pas la somme réclamée. Ils sont par contre persuadés que si les documents sont chiffrés, ils ne sont pas récupérés par les cybercriminels.
  • 50 % de croissance pour le Big Data d’ici 2019. Le marché du Big Data et de l’analytique devrait atteindre 187 milliards de dollars en 2019, contre 122 en 2015. Le cabinet d’études IDC s’attend donc à une progression d’environ 50 % en 4 ans. Selon l’étude, ce marché sera entrainé par les Etats-Unis (avec un chiffre d’affaires attendu de 98 milliards de dollars en 2019) et par les grandes entreprises, qui représenteront plus de 3 dollars dépensés sur 4 à cette échéance. Le marché sera dominé par les services (plus de la moitié du total), devant le logiciel (55 milliards en 2019) et le matériel (28 milliards).
  • Des chargeurs USB sniffers de claviers. L’imagination des pirates pour accéder aux informations confidentielles des utilisateurs est sans limite. Le FBI vient de mettre en garde contre l’existence de boîtiers discrets capables de capter les saisies réalisées depuis des claviers sans fil, donc potentiellement les identifiants et mots de passe de connexion. Cette alerte est lancée 15 mois après que le « gentil » hacker Samy Kamkar ait présenté un « KeySweeper » qui permet de récupérer des données sensibles saisies au clavier pour les transmettre via une connexion mobile. Son boîtier avait notamment la particularité de ressembler à un chargeur de téléphone USB qu’il est aujourd’hui commun de retrouver branché aux prises de courant, à la maison comme en entreprise. Un boîtier espion qui se fond dans le paysage, donc. Le FBI laisse entendre que son alerte intervient dans le cadre d’une enquête qu’il conduit, sans pour autant confirmer avoir constaté le déploiement de tels boîtiers sniffers. Dans tous les cas, mieux vaut utiliser un clavier filaire ou bien s’assurer que la liaison entre le clavier sans fil et le PC est chiffrée.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur