Télégrammes : Le Privacy Shield privé du G29; semiconducteurs en baisse; Cortana traduit le français; Le plein de dollars pour la 5G

ComposantsLegislationOperateursOSPoste de travailRégulationsRéseauxSurveillance
1 2 Donnez votre avis

Alors qu’Intel vient de présenter sa première collection de robes connectées, Silicon.fr vous offre son défilé de télégrammes du soir.

  • Privacy Shield : le non des CNIL européennes. Comme nous le laissions entendre hier, les CNIL européennes, regroupées dans une organisation appelée G29, n’ont pas approuvé le Privacy Shield, ce projet d’accord sur les transferts de données transatlantiques censé remplacer le Safe Harbor. Rappelons que ce dernier avait été invalidé fin 2015 par la Cour européenne de justice, qui avait estimé qu’il ne garantissait pas suffisamment les droits des citoyens du Vieux Continent. Lors d’une conférence ce mercredi, Isabelle Falque-Pierrotin, la présidente de la CNIL française et du G29, a estimé que la Privacy Shield comportait des améliorations « dans la définition des droits et la reconnaissance des enjeux de la surveillance ». Avant d’ajouter : « Ce n’est pas encore assez, mais le sujet est désormais sur la table. » Façon de dire que G29 souhaite poursuivre les négociations avec les Etats-Unis, en particulier sur l’encadrement des collectes en masse de données et sur l’indépendance du futur médiateur, un fonctionnaire américain dont le rôle serait de recueillir les plaintes des citoyens européens. En théorie, la Commission européenne doit valider le Privacy Shield avant fin 2016.
  • Semi-conducteurs : ralentissement en 2015. Selon le cabinet d’études Gartner, après trois années de croissance à deux chiffres, le marché mondial des semi-conducteurs doit se contenter d’une progression plus modeste de 4,4 % en 2015, en raison du ralentissement des ventes de terminaux (PC, tablettes mais aussi, désormais, smartphones). TSMC reste le fondeur ultra-dominant (avec une part de marché supérieure à 54 %), devant GlobalFoundries et UMC. Globalement, ce marché pèse 48,8 milliards de dollars.
  • Cortana traducteur multilingue. Microsoft enrichit les fonctionnalités de son assistant vocal. Cortana est désormais capable d’effectuer des traductions instantanées pour les versions de Windows 10 localisées en français, allemand, italien et espagnol. L’une des innovations majeure de Windows 10 proposait depuis septembre dernier les fonctions de traduction sur les versions américaines et chinoises de l’OS. Selon Microsoft, il suffit par exemple de commencer sa requête par « Traduis » ou « Comment dit-on » et d’indiquer la langue finale pour obtenir la traduction. Par exemple, « Traduis où est le restaurant le plus proche en Suédois ». Plus de 40 langues de traduction sont aujourd’hui supportées par Cortana. Les utilisateurs qui ne disposent pas de Windows 10 et souhaitent profiter de la traduction instantanée pourront se tourner vers l’application Translator pour Windows 10 de Microsoft, également valable pour les smartphones et montres connectées sous iOS et Android. Translator est par ailleurs intégré à Office, Bing et Skype. « La mission de Microsoft Translator est de briser la barrière de la langue en fournissant une traduction quand et où vous en avez besoin », rappelle l’éditeur sur son blog.
  • 247 milliards pour la 5G en 2025. Plus encore que la 4G, la 5G « sera une technologie cellulaire à croissance rapide, très probablement plus rapide que les générations précédentes », avance Joe Hoffman, directeur général et vice-président chez ABI Research. Un développement rapide qui devrait tout aussi rapidement faire naître de nouveaux usages et émerger dans de nouveaux marchés. Résultat, la 5G devrait générer quelque 247 milliards de dollars de chiffre d’affaires cumulé pour les équipementiers et opérateurs en 2025 rien qu’en Amérique du Nord, en Europe de l’Ouest et en Asie-Pacifique, avance ABI. Un chiffre à comparer avec les 65 milliards de revenus des opérateurs avancés par Ericsson à la même période. Les équipementiers, eux, devraient notamment profiter du boom des small cells, nécessaires pour accroître la capillarité au niveau de la rue du futur réseau mobile qui s’appuiera notamment sur des fréquences en ondes millimétriques (au-delà des 6 GHz). Fréquences qui ne devraient pas être soumis à licences mobiles des gouvernements. ABI estime que 8,5 millions de ces petites cellules seront déployées dès 2020, époque où les premières offres commerciales de la 5G verront le jour.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur